Fondation de la Milice du Temple   Fondation de la Milice du Temple   Fondation de la Milice du Temple

Création de la Milice des pauvres chevaliers du Temple de Salomon

Tenue des Chapitres Ordinaires
386. Chascun frère, quant il entre en chapistre, se doit seigner el non dou Pere et dou Fis et dou saint Esperit, et doit oster son chapeau de bonet et sa coife si nen est pelés [chauve] — et se il est pelés il puet laissier la coife ; et tout en piés doit dire une pater nostre devant que il s'asée, et puis se doit aseir, et ensi le doit faire chascun. Et quant tuit li frère ou la plus grant partie seront venus après, celui qui doit tenir le chapistre, devant que il comence son sermon, doit dire as frères:
« Beaus seignors frères, estes sus en piés, et priés nostre Seignor que il tramete hui la soe sainte grace entre nos » et adonques tuit les frères se doivent lever en piés, et doit chascun dire une pater nostre.

387. Et le frère chapelain, se il est present, doit faire aussi sa proiere autele come li semblera, devant que le chapistre se comence, ce est le sermon. Et puis se doivent seoir, et saichés que il se doivent prendre garde ententivement que nul home, se il ne fust frère do Temple, ne le puisse oïr quant il tienent lor chapistre.

388. Quan la prière est faite, celui qui doit tenir le chapistre doit comancer son sermon en non de Dieu, et faire le au plus bel que il saura et au miaus, et doit amonester les frères, et prier et comander que s'amendent. Et puis que le sermon est comencés, nul frère ne se doit remuer de sa place por aler arrière sans congié, niais avant puet bien aler sans congié.

389. Quant cil qui tient le chapistre aura feni son sermon, chascun frère qui cuide avoir failli se doit lever en piés et doit faire dou chapel et de la coife ensi come dessus est dit, et doit venir devant celui qui tient le chapistre, et se doit agenoillier une fois ou il ou plus, et doit estre humblement come cil qui se confesse, et doit dire en tel maniere:
« Biau sire, je cri merci a Dieu et a nostre Dame et a vos et as frères, de ce que je ai failli en tel maniere; » et raconter la faute entérinement et veraiement ensi come il aura esté, que il ne doit mentir, ne por honte de la char, ne por paor de la justise de la maison ; quar se il mentist, ce ne seroit pas confessions, et sachiés que nostre chapistre furent establi por ce que li frère se confessassent de lor fautes et les amendassent.

390. Après que le frère aura retrait tout ce de quoi il cuidera avoir failli, et se sera bien confessés entérinement, celui qui tient le chapistre li doit comander que il s'en aille defors, et le frère s'en doit aler en tel leuc que il ne puisse oïr ni entendre ce que diront li frère qui seront au chapistre ; quar nul frère, puis que il est hors dou chapistre ou par faute ou por ce que il est en penance, ne doit escouter ce que li frère qui sont en chapistre font ni dient ni regardent. Après, quant le frère est hors dou chapistre, celui qui tient cel leuc doit retraire la faute del frère devant tout le chapistre, et se doit prendre garde que il ne change riens ; et quant il lor aura retrait ensi come le frère aura confessé, si en doit demander comunaument lor avis et faire ce que la plus grant partie s'acordera.

391. Et quant li frère comunaument auront dit lor avis ensi come lor semblera, et le comandour aura bien entendu a quel chose la plus grant partie s'acorde, il doit faire retorner le frère devant soi, et li doit mostrer la faute, et retraire come ele est grant et coment les frères le tienent a failli ; et li doit comander que il face ce que li frère li ont esgardé, et li doit retraire l'esgart des frères; mais il ne doit pas dire:
« tel frère fist tel esgart, » ou « s'acorda a ce, » quar il auroit descovert son chapistre.

392. Quant I frère crie merci en chapistre d'aucune faute, tuit cil qui cuident estre entaiché de cel pechié en doivent aussi crier merci aveuc celui ; et chascun frère, quant il crie merci de une faute, doit crier merci de toutes les fautes de qui il cuide avoir failli; et de tant de fautes come il aura faites, quantes que seront, l'on ne li puet esgarder mes que une penance, puis que il en aura crié merci de toutes ensemble.
Quant un frère crie merci d'une faute, nul autre frère ne se doit lever por crier merci de sa faille tant come cele soit regardée, se n'estoit entachiés de cele meisme faille ensi come dessus est dit. Se un frère crie merci de X fautes a une fois et covient qu'i soit en respit de une de celés, il covient qu'il soit en respit de toutes.

393. Quant li frère sont en chapistre, tuit doivent estre contre celui qui fait ou dit desraison, et chascun se doit tenir belement et en pais ; et ne doit nus parler, se l'on ne li demande d'aucune chose, ou se ce ne fust que aucuns feist ou deist déraison ; quar tuit doivent estre contre celui qui fait ou dit déraison. Chascun le puet reprendre sans lever soi de sa place et sans congié, mais qu'i le face maintenant que il aura fait ou dit la desraison, et chascuns est tenu de faire le amender ; et en nule autre maniere frère ne puet reprendre autre frère de sa place, fors le Maistre. Et le Maistre puet reprendre et doit, de sa place, tuit autre frère que il veule, sans remuer se.

394. Chascun frère, quant vient en chapistre, doit venir apensés et remembrés se il a de riens failli ni trépassé son vou et sa promission, et au chapistre meisme s'en doit bien apenser: et se il ait bien oïes ou dites ses hores et se il ait corrossé son frère de nule chose, et se il ait bien gardés les comandemens de la maison. Et se il cuide de riens estre failli, si en crier merci et amender se devant que il parte del chapistre. Quar puis que le sermon dou chapistre est fenis, nul frère ne doit reporter sa faille dou chapistre, ançois se doit amender en toutes manières se puet ; et se il reportast a son escient la faille, ele seroit plus grant, et s'en iroit desobedient.

395. Mais bien saichés que le Maistre ne nus autre qui tiegne chapistre ne doit faire nule chose que se doit faire par chapistre et par esgart des frères, devant que il ait faite la prière et le sermon autel come li semblera ; quar en toutes les assemblées de chapistre que nuos faisons, devons requerre la grace nostre Seignor au coumencement.

396. Nul frère ne puet demorer de chapistre sans congié, se il ne fust malades en l'enfermerie. Nus frère ne se doit despartir de chapistre sans congié, se il ne cuidast tantost revenir en cel chapistre meisme devant que le chapistre despartist. Nul frère puis que le sermon est fenis ne puet riens mostrer a autre frère sans congié, en maniere que il le feist lever de sa place, ne que il meismes se levast ; mes tant quant frère est en piés par devant celui qui tient le chapistre, chascun se puet lever de sa place sans congié et reprendre le frère qui est en piés de ce que il saura que il aura failli.

397. Quant aucun frère sait que son frère ait fait ou dit chose que il ne doit, il en doit faire amender au premier chapistre ou il seront ensemble andui [tout deux], et ne le doit laissier issir dou chapistre sans faire le amender ; mais bele chose est que le frère qui sait que son frère aie fait ce, que il le doie apeler [pour rappeler] au frère qui aura failli, devant que il entrent en chapistre, a une part, et que il l'amoneste par devant un frère ou il, en tel maniere:
« biau frère, membre vos de tel chose, » et li doit retraire la faute ; et li doit dire:
« amendés vos au premier chapistre que vos serés. » Et dient li prodome que assés a dit un frère a un autre quant il li dit:
« membre vos de tel chose » ; et cil a qui l'on dit ceste parole se doit tenir por repris et s'en doit amender au premier chapistre ou il sera, ensi come est dessus dit.

398. Nul frère ne doit reprendre autre frère par devant nul home, se il ne fust frère dou Temple ; et un frère ne puet reprendre ni doit, en chapistre ni defors, son frère, ni porter garentie contre lui par oyr dire ; mais, de ce que il aura veu et oy, le puet reprendre et porter guarentie contre lui ; et se il le faisoit autrement, il seroit trop lait et porroit estre tenue comune.

399. Quant li frère veaut reprendre un autre, il se doit prendre garde que il ne le repreigne d'uisouses choses ; mais se il ne l'ait repris par defors ensi come dessus est dit, ou encores se il l'a repris et le frère ne se veulle amender, il le doit faire en tel maniere quant il seront en chapistre. Quar devant que il se lieve il doit dire a celi qui tient le chapistre:
« Comandour » ou « biau sire, donés moi congié de parler a un frère » ; et cil li doit doner le congié.

400. Et quant il a eu le congié, il se puet lever et doit apeler par non le frère que il veaut reprendre, celui se doit lever en piés et doit oster son chapel et sa coife se il est apelés, et doit venir devant celui qui tient le chapistre. Adonques le repreneor li doit mostrer belement et en pais cele chose de la quele il sait que il a failli ; quar par cuider nus ne doit reprendre son frère. Et si il doit dire en tel maniere:
« Beau frère, criés merci de tel chose, » et li doit retraire la chose ou la faute ensi come ele aura esté dite ou faite. Et celui qui est repris doit dire:
« Biaus sire, je crie merci a Dieu et a nostre Dame, et a vos et as frères, de ce de quoi cestui m'a repris » ; et se doit agenoillier a chascune fois que il sera repris.

401. Et s'il set de quoi il est repris en vérité, le frere qui est repris le doit otroier devant tous les feres, quar nus ne doit mentir en chapistre. Mais se la chose dont il est repris est mensonge, il doit dire en tel maniere:
« Biau sire, je cri merci a Dieu et a nostre Dame et a vos et as frères de ce de quoi cestui me reprent, — et se doit agenoillier — mais saches que la chose n'est pas en tel maniere. » Ou puet dire:
« Messire, non, place a Dieu que je feisse onques cele chose. » Ou: « Sire, la chose est autrement. Et doit dire plainement de la chose ; quar, ensi come est dessus dit, il ne doit mentir ne por la honte de la char, ne por paor de la justice de la maison.

402. Et celui qui aura mestier de guarentie ne doit pas apeler par nom celui que il veaut traire por garentie, ne nomer le, sans congié, mais il doit dire a celui qui tient le chapistre:
« Sire, il y a frère qui set ceste chose, » I ou plus ; et adonques le comandeor doit dire:
« Se il y ait nul frère qui saiche riens de ce, vieigne avant. » Et se il ait aucun qui saiche coment la chose a esté, il se doit lever et venir devant le comandor, et doit porter guarentie de ce qu'il aura veu et oy ; et ne doit dire autre chose fors la vérité, et cele il ne doit celer ni changer, por amor ni por male voillance de l'une part ne de l'autre, quar ce seroit trop grant pechiés, et porroit estre conté a comune.

403. Et se le frère qui sait la chose ne se voloit lever, quant le comandor l'aura comandé une fois ou deus en la maniere que dessus est dite, le comandor doit dire au frère qui veaut l'autre frère traire a guarentie:
« Biau frère, faites le venir avant. » Et adonques celui le puet apeler par nom, et celui se doit lever et faire ensi come dessus est dit de la guerentie. Et a ce frère qui doit porter la guerentie porroit l'on et devroit regarder grant faute et enchargier li grant penance, se il sait riens de la chose por qui il estoit apelés en guarentie, por ce que il ne se leva tantost come l'on fist comandement.

404. Et se le frère qui est repris veaut reprendre celui qui l'a repris, et il sait que il ait failli de rien, bien le puet reprendre sans demander autre congié, tant come il seront en piés ; et si le doit reprendre et mostrer li sa faute ensi come dessus est dit.

405. Et celui qui sera ataint de sa faute le comandor doit geter fors, ou ambedeus se il sont ataint ; mais il ne doit nul frère jeter de chapistre por nule chose de quoi le frère fust repris, se il n'estoit ataint. Et quant li frère seront defors, le comandor doit raconter la cose ou la faute de quoi il auront crié merci et seront ataint, ensi come ele aura esté retraite devant lui, et après en doit demander comunaument as frères qui seront en cel chapistre lor avis, et faire ce a que plus grant partie s'acordera. Et quant li frère averont dit ce que lor semblera comunaument, il doit faire de ceaus frères qui sont defors ensi come dessus est dit de cel frère qui crie merci par sa volonté de sa faute.

406. Et se li frère esgardent que li frère qui sont defors soient adès mis en penance, le comandor les i doit metre maintenent que il lor aura retrait l'esgart des frères ; et encores se li frère n'i esgardent que il i fussent adès mis en lor penance, le comandor qui tient le chapistre, tantost come il lor aura retrait le resgart des frères, lor puet dire:
« alés vos despoillier, » et puet prendre la descipline et metre les adès en penance se il voit que il soit bien ; et li frère en sont aisiés quar ce est en sa discretion.

407. Un frère puet reprendre un autre frère en la maniere que dessus est dite par soi, ou II ou III ou vint ; mais un frère ne puet ataindre un autre frère par soi soul, mais deus frères puent ataindre un autre frère ou deus ou C, quant les deus et les C voient que la chose n'est pas en tel maniere, tant quant ils ont en chapistre, quar guarentie de non n'est receue ne nostre chapistre, se per autre chemin ne se puet ataindre.

408. Mais se un frère ou II disoient en chapistre a un autre frère:
« Biau frère, vos feistes tel faute a Chastiau pelerin (1) dimenche ; criés merci » ; et le frère respont:
« Non, place a Dieu, quar je estoie dimenche a Barut (2) » ; et il le puet prover par un autre frère ou par plus que ce soit vérités, le frère qui fu repris doit estre quites, et li frère qui l'ont repris sont ataint que il ont menti sur lui, l'on les puet blasmer de comune ; et en tel maniere puet l'on ataindre guarentie de non par autre chose ne par autre chemin.
1. Aujourd'hui Athlit, au sud d'Acre, entre Césarée et Caïpha, à la hauteur de Nazareth. La route du littoral franchissait en cet endroit un passage dangereux, coupure de main d'homme pratiquée à travers une crête rocheuse, qu'on appelait le Détroit ou Pierre-Encise. Ce lieu servant souvent aux attaques des Musulmans, les Templiers y avaient élevé une tour. Puis, en 1218, ils construisirent sur un promontoire en face, qui abritait un petit port, une de leurs forteresses les plus considérables. Après diverses attaques infructueuses, le Château-Pèlerin tomba pour toujours aux mains des païens, en 1291, année de la ruine de l'Ordre en Orient. (Descript. dans J. de Vitry. — Cf. surtout Rey, Étude sur les monuments de l'archit. milit. des croisés, 1871, in-4° . Documents inédits; p. 93-100, planches X-XI.) Ce n'est qu'en 1838 que cet édifice intéressant fut ruiné, par les ordres d'Ibrahim Pacha, qui voulait employer les matériaux.
2. Beirout, Béryte, prise par Baudouin en 1111 (Guillaume de Tyr, XI, 13), perdue seulement en 1291. C'était une des villes fortes du royaume de Jérusalem ; tout au nord, au-dessus de Saiete (Sidon), sur le petit promontoire qui forme actuellement la baie de Saint-Georges.

409. Et se il avenist que II frères ou plus repreissent un autre frère ou deus ou plus, et le Maistres ou celui qui tient le chapistre doutent que li frère feissent la reprise par malice, il puet et doit l'un frère faire issir de chapistre et oyr de l'autre de quel chose il le reprendra a son frère, et coment il seit la chose de quei il le reprent, et se il le vit ou l'oït ; et quant il aura bien enquis la chose de celui, il doit et puet faire celui issir dehors, et apeler l'autre et oïr de lui ensi come de l'autre ce que il sait de cele chose. Si amdui s'acordent, le frère qui ait esté repris est ataint, et se il ne se acordent, le frère qui ait esté repris est quites et delivre de cele chose dont il l'avoient repris ; et si puet l'on noter assés de mal sur les autres II et conter a grant mauvaisté et encores a comune.

410. Et sachiés que nul frère dou Temple ne puet estre ataint par nul home dou siècle ni d'autre religion, ni par II ni par plus, se non par frères dou Temple, et en tel maniere come dessus est dit, de nule chose en tel maniere que justise de la maison corrust sur lui.

411. Mais se aucun prodome dou siècle ou de religion, tel qui fussent dignes d'estre creus ou qui fussent confreres de la maison, disoient au Maistre por vérité que tel frère fait la honte de la maison, le Maistre por la guarantie de ceaus prodomes en puet travaillier cel frère assés, et faire li de la durté [durée] assés, et le doit faire sans parler as frères et sans lor esgart. Et sachiés que le mauvais frère doit li bons Maistres partir et esloignier de la compaignie des bons, et ensi le comande la règle.

412. Quant cil qui tient le chapistre demande as frères lor avis d'aucune chose en chapistre, il doit demander premièrement a ceaus que plus doivent savoir de ce chose et des usaiges de la maison, et après as autres comunaument, segont que il valent plus et sevent, et segont que il sont de meillor vie.
Chascun frère, quant l'on li demande son avis en chapistre, il doit dire ce que meaus li semblera, quar ce ne doit laissier por l'amor de l'un ne por haine de l'autre, ne por apaier l'un ne por corrousser l'autre ; mes pleinement doit avoir Deu devant ses yaus, et por amor de Dieu en doit faire et dire ce que il dira et ce que il fera. Nul frère ne doit reprendre autre frère fors par charité et par entention de faire li sauver s'arme.

413. Quant aucun frère est repris d'aucune chose ou faute que il ait faite, il ne s'en doit corrosser, ansois en doit mercier celui qui l'a repris ; et se un frère reprent un autre d'uisouzes, bien li en puet l'on enchargier penance.

414. Et saichent tuit li frère dou Temple que quant un frère est issu fors de chapistre, ou por ce que il ait esté repris d'aucune faille, ou por ce que il meismes en ait crié merci de son gré, l'en doit regarder le portement dou frère et la vie, et la qualité et la quantité de la faute. Et se la persone est de bon portement et la faute est legiere, les frères l'en doivent passer legierement ; et se la persone est de mal portement et la faute est grant et laide, li frère li en doivent enchargier aspre penance et dure ; et mainte fois fait hom au prodome de la grant faute petite, et au mauvais de la petite grant: quar assi come li bons doit proufit et honor avoir en sa bonté, aussi le mauvais doit avoir damaige et honte en sa mauvaisetié.
Et sachiés que por la plus petite defaute et deshobedience de quoi frère trespasse le comandement de la maison, puet l'on regarder deus jorz entiers la premiere semaine segont le portement dou frère ; mais por nulle faille ne puet l'on plus regarder si non touchast a l'abit ou a la maison, dont Dieu gart chascun frère.

415. Et devés savoir que puis que celui qui tient le chapistre a jeté un frère fors de chapistre por esgarder a li faute, cel frère ne puet retorner au chapistre por reprendre autre frère, sans congié ; mais por crier merci d'aucune faute que il eust obliée, puet bien retorner et doit sans congié.
Chaucun frère doit bien et volentiers faire la penance qui li est enchargée par chapistre.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

Hugues de Payens de 1118 à 1136


Milice du Temple visitée 364497 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.