Fondation de la Milice du Temple   Fondation de la Milice du Temple   Fondation de la Milice du Temple

Création de la Milice des pauvres chevaliers du Temple de Salomon

Statuts Hiérarchiques - d'après la règle du Temple - Manuscrit de Provence
Ici commence les retrais et les establissemens de la maison dou Temple
Le Grand Maître
L'élection du Grand Maître
Le Sénéchal
Le Maréchal
Le commandeur de la Terre et du Royaume de Jérusalem
Le commandeur de la cité de Jérusalem
Le commandeur de la terre de Tripoli et d'Antioche
Le Drapier
Les chavaliers commandeurs de Maisons
Les commandeurs des Chevaliers
Les Chevaliers et les Sergents Chevaliers et Sergents
Lorsque le Maréchal prend le Confanon
Le Turcoplier
Le Sous-Maréchal
Le Frère Gonfanonier
Les Frères Sergents commandeurs des Maisons
Le Frère Kasalier
Comment le Maistre et les Frères doivent Manger au couvent
Le Frère Infirmier
Les autres membres de la Hiérarchie du Temple

 

Organisation hiérarchique du Temple en Orient
Le Maître (Il réside en Terre Sainte, à Jérusalem, car la raison d'être de l'Ordre est restera « la défense des pèlerins et du Saint-Sépulcre »)

 

Retrais dou Maistre
77. Li Maistre doit avoir III bestes, et I frère hapelain, et I clerc a (avec) trois bestes, et un frère rergent a II bestes, et I vahlet gentil home por porter son escu et sa lance, a une beste ; et quant il l'aura servi une piece, li Maistres le porra faire frère chevalier, se a lui plaist ; mes que il ne l'face trop sovent. Et si doit avoir un fereeor et un escrivain sarrazinois (servant d'interprète), et un turcople (2) et un cuecq (cuisinier - Queus), et puet avoir II garsons a pié et I turqueman (3) qui doit estre gardés en la quaravane. Et quant li Maistres chevauchera de terre en autre, le turqueman doit estre menés en destre par un escuier et par une beste de la quaravane ; et quant li Maistres retornera, si doit estre mis en la quaravane, et par guerre le puet tenir (4) a sa corde.

78. Et quant li Maistres chevauche de terre (5) en autre, si puet mener II sommiers. Et quant il est en herberge ou a l'erbage, si les puet tenir a sa corde. Et quant il chevauche de terre en autre, ou que il est guerre, si puet mener IIII sommiers ; ou se il passe le flum Jordain ou le pas dou chien (6). Et quant il retorne a la maison ou il doit sejorner, li somiers doivent retorner en la somelerie et faire le servise de la maison.

79. Li Maistres doit avoir II frères chevaliers a compaignons, qui doivent estre ensi prodomes que il ne doivent estre jetés de nul consel ou il ait V frères ou VI, et doivent avoir autel (Tel) mesure d'orge corne li Maistres. Et quant les frères dou covent prenent la mesure por XII bestes, les bestes dou Maistre prennent a X. Et quant il est guerre, et les frères chevauchent, la prevende doit estre comunal, et nen doit croistre ne amermer (diminuer), fors par chapistre. Et tout ensement est de l'uile et dou vin. Mais li Maistre puet amenuisier (diminuer) de l'orge tant come dure l'erbage. Mes quant l'erbe faut, la prevende doit estre ensi come ele estoit devant.

80. Se Dieus fait son comandament de nul (d'aucun) des compaignons dou Maistre, il puet prendre a son eus (son besoin, son profit) de son hernois ce que li plaira. Et l'autre partie doit retorner au Mareschau en la quarravane.

81. Li Maistre ne doit tenir clef ne serreure dou trésor. Mes il puet avoir en trésor une huche o toute la serreure por tenir (garder) ses joiaus; et se avoirs est présenté au Maistre, il doit estre mis en la recete.

82. Li Maistre puet prester des avoirs de la maison de ci (juste) a M. besanz par une partie des prodomes de la maison ; et se li Maistres veaut grant avoir prester, il le doit faire par une grant partie des prodomes de la maison. Et li Maistres puet doner C. besanz ou I cheval a un prodome ami de la maison, et si puet presenter une coupe d'or ou d'argent, ou robe de ver (Vair, fourrure d'écureil du nord), ou autres beaus joiaus, de C besanz en jus (aval) por le profit de la maison ; et li Maistres le doit faire par le conseil de ses compaignons et des prodeshomes de la maison ou il sera ; et ce doit estre fait por le profit de la maison. Et puet doner toutes armeures, fors espée, ne fer de lance, ne coteau d'armes: ce ne puet-on doner.

83. Quant avoirs vient d'outre mer, il doit estre mis au trésor par comandement dou Comandour dou royaume de Jherusalem, et il ne doit riens prendre ne remuer tant que li Maistres l'ait veu et fait son comandament.

84. Quant bestes viennent d'outre mer, eles doivent estre mises en la quaravane dou Mareschau, et li Mareschaus nen doit nule doner ne remuer devant que li Maistres les ait veues ; et si li Maistres en veaut nule prendre a son cors, il le puet bien faire ; et si puet I cheval ou II faire garder en la quaravane por doner as prodomes dou siècle amis de la maison. Et se chavaus sont présentés a son cors, il les puet doner a quel frère qu'il voudra. - Et li Maistres puet demander et prendre le quelque chevau que il voudra, d'un des frères, por doner a un riche home dou siècle, por acroissement de la maison, ou por chevauchier a son cors, et au frère en doit estre bel. Et li Maistres, por ce que li frères a bien gardé le cheval, li puet doner C besanz se il veaut, dont li frères puisse acheter I chevau ; ou se non, li Maistres doit proier le Mareschau qu'il doint au frère tel cheval dont il se teigne apaiés; et li Mareschaus li doit faire, se il en a, son comandement.

85. Li Maistres ne puet doner terre, ni aliéner, ne prendre castel en marche, se non par chapistre, n'il ne doit relaichier ni alargir nul comandement qui soit fait par lui, ne par le covent, si ne fust (se n'estoit) par lui et par le covent. Ne ne doit comencer guerre ne faire trives en terre ni en castel de quoi la maison ait la seignorie sans le couvent ; mes se tant est chose que les trives no soient brisées, li Maistres les puet bien aloignier (alongier) par le conseil des frères qui sont en celui païs.

86. Quant li Maistres vient de chevauchier, il puet bien mangier en sa chambre, o quant il est saigniés, ou quant il a semons (invité) chevaliers ou autres gens dou siecle. Et quant il est dehaitiés, si puet gésir en sa chambre, et ses compagnons doivent mangier el palais o les autres frères ; et quant il est guaris, il doit mangier a une des tables de l'enfermerie, et meaus en doit estre a tous les frères de l'enfermerie por amor de lui.

87. Li maistres ne puet metre comandeors es chiés des royaumes, se par chapistre ne les i met, come le Seneschau, le Mareschau, le Comandeor dou royaume de Jherusalem, le Comandour de la cité de Jherusalem, le Comandeour d'Acre, le Drapier, le Comandour de la terre de Triple (Tripoli) et d'Anthioche, celui de France et d'Engleterre (7), de Peito (Poitou), d'Aragon, de Portegal, de Puille, de Hongrie. Et les només comandeors des parties d'Occident ne doivent venir en la terre d'Orient, se par comandement dou Maistre et par chapistre ne viennent. Et des autres comandeors des terres et des autres baillis por la povreté des terres, est en la discrecion dou Maistre a metre par capistre, ou sans chapistre par le conseil d'une partie des prodomes de la maison ; et se il ne les met par chapistre, il les puet oster sans chapistre par le conseil d'une partie des prodeshomes de la maison.

88. Et se viseteors ou comandeors fait par chapitre general est rapelés par le Maistre et par le covent, et il demore por quelque achoison (occation, motif) que ce soit, il est relechés, et doit mander au Maistre et au couvent la boule (8) et la borse (9) ; et d'enqui en avant le viseteor ne se doit entremetre de la visitacion, ne le comandeor de la billie ; ne les frères ne lor doivent estre obéissant, mès doivent metre I frère preudome en leu de comandor, et faire a savoir au Maistre et au couvent, et atendre lor comandement. Et ensi doit estre entendu des baillis qui se font par conseil dou Maistre.

89. Quant li Maistres veaut aler en la terre de Triple ou de Antioche, il puet prendre dou trésor III M besanz (10) plus, se mestier est, por aidier as maisons de la. Mais il ne les doit mie prendre sans le Comandour dou royaume de Jherusalem qui est trésorier dou covent, qui doit tenir et garder les clés dou trésor ; et il doit au Maistre baillier les besanz. Mes se tant avenist (est chose) que les maisons s'en peussent souffrir, li Maistres doit torner arriéres les besans au Comandeor ; et li Comandeor les doit metre au trésor.

90. Quant li Maistres chevauche d'une terre a autre, il cerchera et regardera les chastiaus et les maisons ; se il veaut, il fera l'une maison aidier a l'autre se mestiers est. Et se il veaut nule chose prendre des comandeors, des choses qui sont en lor comandemens, par eaus en doit prendre ce que il en prendra ; et ensi doit estre des baillis dou greignor jusques au menour.

91. Se li Maistres ou les comandeors demandent as comandeors qui sont dessous yaus que il lor monstrent les choses de la maison, (et) il les doivent mostrer trestoutes ; et se nul en mentoit ou retenoit aucune chose, et il en estoit ataint (accusé, convaincu, condamné), il en porroit perdre la maison. Et se avoirs est (fust) donés a la maison, et li Maistres le ressoit, il le doit rendre en la main dou Comandour dou royaume de Jerusalem, et il le doit metre au trésor comun.

92. Quant li Maistres s'en part dou royaume de Jerusalem, il puet le Comandeor de la terre de Jerusalem ou un autre frère laissier en son leu, et a celui qui remaint en son leu ne croist pooirs, fors de conseillièr aucune chose qui soit avenue en la terre et que li Maistre n'i puisse venir, et de chapistre tenir, et as armes: quar tuit sont en son comandement.
Li Maistres ne doit envoier nul frère en son leu en la terre de Triple ne d'Antyoche, sus les comandeors qui i sont, se n'estoit por aucune chose qui fust sourse en la terre, por conseillier, ou por veoir les garnisons des chastiaus ; et de ces choses li doivent obéir.
Se li Maistre veut envoier un des prodomes de la maison outre mer en son leu por les besoignes de la mason, par chapistre le doit faire et envoier, et puet jeter hors (11) tous les baillis sans relaischier fors que le Seneschau.

93. Quant nos tenons chapistre general, se li Maistres veaut envoier frères outre mer por lor maladies, ou por les besoignes de la maison, il doit apeler le Mareschau, et le Comandor de la terre, et le Drapier, et le Comandor d'Acre, et III ou IIII des prodeshomes de la maison, et lor doit dire: « Alés veir les frères, quels seront profitables por envoier en les parties d'outre mer: » et il doivent aler en l'enfermerie veir les frères, et veir ciaus qui sont dehors (12), et ces qui (13) plus lor sembleront raisnables de mander outre mer se (Si, ou ainsi) doivent faire metre en escrit, et puis retorner devant le Maistre et mostrer l'escrit ; et se il y a aucune chose a amender, por lor conseil doit estre emendés.

94. Se aucuns joiaus est présentés a la maison dou Temple en aumosne, li Maistres li puet prendre et doner la ou il voudra, ou metre en sa huche aveuc ses joiaus.
Le vin de la complie est en la volenté (discrétion) dou Maistre, ou de l'tolir, ou d'en doner (14) ; et la quarte beste, et li segons escuiers des frères chevaliers, et la segonde bestes des frères sergans, qui ne les ont per chapistre, sont en la discretion dou Maistre.
Tous les jors que li Maistres est en la mason dou Temple, V povres doivent mangier por lui en la maison autel viande come li frère mangeront.

95. Trestous les frères qui sont mis en penitance par devant le Maistre, nus ne s'puet lever de la terre, se par lui ne sont levés; et les mestiers (15) et les jeunes li puent les frères pardoner, fors le lever de la terre et le vendredi (16).
Nul ne puet doner congié de seignier, ne de corre chevau, de baigner, ne de bouhorder (17) en leu ou li Maistres soit, se par le Maistres ne le done.
Quant le Maistre chevauche, et aucuns frères s'encontre aveuc lui 'à l'encontre), ou il se met en sa route (son escorte, sa troupe), il ne se doit partir de lui, se par son congié ne s'en part.
Quant li Maistres manjue a la table de covent, il puet presenter de s'escuele a qui que il voudra (a qui il le velt), et ce ne puet nul frère faire, fors le Maistre.

96. Quant vient après pasques por les grans despences que les maisons font as moissons, et li comandeor dient au Maistre que il n'ont pas char assés, li Maistres le puet mostrer as frères et doit demander lor avis ; et se li frère s'acordent de perdre la char le mardi, si s'en sueffrent. Mais quant li blé seront seés, il la doivent recovrer (18).
Toutes les choses que li Maistre fait par le consel dou covent, doit comunaument a frères demander lor avis, et faire ce a qui le plus des frères s'acordera, e li Maistres (19).
Se aucuns lions dou siècle, ou aucun frère dou Temple, deçà mer ou delà mer, envoie aucun present a frère dou Temple ; et Dieus a fait son comandament dou frère a cui le present vait, le present doit aler en la main dou Maistre.

97. Li Maistres ne doit faire frères sans chapistre, mais se il vait en leu ou il ne puisse trover chapistre, et il fust por Dieu proies d'aucun prodome que il le feist frère, par ce que il fust tant malades que om ne cuidast que il peust estordre (20), adonc par le consel des frères qui la seront, le puet faire frère se il voit que il puisse estre frère droiturierement ; et si Dieus li done santé, au plus tost que il sera a nostre maison, doit faire sa prophecion devant tous les frères, et aprendre ce que frère doit faire.
Trestoute la robe que li Maistres laisse de son vestir ne de son gésir doit estre donné as meseus (Lépreux) por Dieu, ou la que il verra que ele soit meaus (bien) emploiée. Et se le Maistre done de ses robes que il aura portées a nul (aucun) frère, il doit faire doner i autre por Dieu, en leu de cele, ou as meseaus, ou la que il verra qu'ele soit bien emploiée.

98. Le jeusdi asolu (21), la ou li Maistres est, il doit laver les piés a XIII povres, et doit doner a chascun des povres chemises et braies et II pains et II diniers et uns soliers. Et se il est oit en leu que il ne le peust avoir, en la premiere maison dou Temple ou il venra que il le puisse avoir, les doit doner por Dieu.
Quant ce avient (que) au tens de guerre, que les frères sont as armes as chans, li Maistres puet prendre VI ou VIII ou jusques a X frères chevaliers por estre en sa compaignie.
Trestous les frères dou Temple doivent estre obedient au Maistre, et li Maistres si doit estre obedient a son covent.
Sources: La Règle du Temple - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Notes du Maistre
2. Soldat des troupes légères auxiliaires dont le chef était dit turcoplier ; il y en avait aussi dans l'ordre de l'Hôpital. Voyez chapitre 69 retrais du Turcoplier.
3 Un chaval turcoman, race d'élite en Orient, réservée pour les fatigues de la guerre, et de grande valeur.
4. D. ajoute li mestres.
5. P. corrige chevauche de leuc.
6. Le Pas du Chien n'est autre que le fameux défilé de Beirout où s'arrêtèrent tous les peuples de l'Orient et de l'Europe, Assyriens, Égyptiens, Grecs, Romains, Arabes, Croisés et Français. A l'extrémité nord de la baie de Saint-George, la route de Syrie, qui passe à Beirout, se trouve arrêtée devant une masse de rochers et de ravins qui forme une sorte de promontoire. Antonin le Pieux y fit pratiquer une route qui subsiste encore aujourd'hui et qui dut demander des travaux considérables malgré son étroitesse. Le défilé a de plus un intérêt archéologique à cause d'une série de cadres et de bas-reliefs, stèles égyptiennes et assyriennes, que l'on trouve sur les rochers, et qui ont beaucoup exercé la sagacité des savants modernes. On remarque aussi une inscription latine et quelques débris de monuments. - Le nom de Chien, donné ici au défilé (nous n'avons trouvé nulle part d'autre exemple de ce nom), vient d'une rivière voisine, le Nahr-el-Kelb, l'ancien Lycus, dit aussi rivière du Chien, qui traverse le Kesroan en descendant du Liban, arrose quelques villes importantes du pays, et se jette torrentueusement dans la mer, au nord du petit promontoire (le Ras-el-Kelb). Les Phéniciens, dit-on, avaient comparé aux aboiements d'un chien le bruit de ses flots tumultueux, et avaient élevé à l'embouchure du fleuve une statue symbolique de cet animal, dont on veut voir les restes dans quelques débris de colonne encore debout. - On ne saurait confondre le Chien avec la rivière sacrée d'Adonis (Lucien: De Syria dea, LXXII. 8), qui fit longtemps la réputation de Biblos, et qu'on doit plutôt voir dans le Nahr-Ibrahim. - Voici en quels termes Guillaume de Tyr mentionne ces lieux, sur la route parcourue par Baudouin, se rendant à Jérusalem: « Biblum pertransiens, ad fluvium pervenerat qui cognominatur Canis. Est autem in eodem loco transitus periculosissimus, inter montes excelsos, rupium asperitate et ascensu arduo nimis impervios, et fretosum mare, vix habens latitudinis cubitos duos, longitudinis autem stadia quatuor. » (Hist. Belli sacri, L. X, c. 5.)
7. N'y avait-il qu'un commandeur pour ces deux pays ?
Le seul exemple que nous ayons trouvé pour confirmer cette interprétation est celui de Gaufridus de Vicherio, qui portait le titre de visitator generalis domorum militie Templi in regnis Francie et Anglie. (1286. Cartulaire, de Notre-Dame, édition Guérard, III, page 68. - 1288, 4 février Bréquigny, Table des diplômes, etc., 1769, etc. - 1290. Delaville le Roulx, les Archives de Malte, Bibliothèque des Écoles d'Athènes et de Rome, page 206.)
8. Le sceau, que l'on coulait en plomb et en argent. (Cf. § 234.) trouve aussi le verbe boulier, qui signifie marquer, plomber une étoffe, etc. (Assises de Jérusalem. Bans et ordonnances des rois de Chypre, XV, éd. Beugnot, II, 365.) Ce sceau était gardé sous trois clefs, confiées au grand maître et à deux grands dignitaires. Il en était de même des sceaux des commanderies et prieurés de Ordre.
9. Le sceau et le trésor, les deux signes du commandement.
10. La valeur du besant variait de 5 à 10 sols, car il y en avait de différentes espèces. On peut admettre l'évaluation suivivante, que nous trouvons dans l'Inventaire du comte Eudes de Nevers, publié par M. Chazaud (Société des Antiquaires de France, XXXII, 1871): « II M. besanz qui valent M. L. tornois », soit, 6 sols et 8 deniers le besant, soit, d'après les tables dressées par M. de Wailly (Mim. Acad. inscr., XXI, page 296), 5 francs 93.
11. Hors du conseil du chapitre, pour prendre la décision.
12. D. ajoute Venfermerie.
13. R. omet sont dehors et ces qui; P. l'ajoute en marge.
14. Cf. § 30. (Règle primitive.)
15. Le travail manuel. Cf. § 493, etc.
16. Le jeune du vendredi.
17. Combattre à la lance, en tournoi ou exercices chevaleresques.
18. Les cinq paragraphes précédents sont rangés suivant un ordre différent dans le manuscrit de Dijon.
19. R. et P. écrivent se li maistre a mestier des frères. Mais P. corrige et ne laisse que e li maistres. D. s'arrête à accordera.
20. Échapper, éviter la mort. D. qu'il ne puist trespasser.
21. Le jeudi saint, jour de la grande absolution et du lavement des pieds.

Sources: La Règle du Temple - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Election du Grand-Maître - De l'eslection dou Maistre dou Temple
198. Quant le Maistre dou Temple trespasse et Dieus fait son comandement de lui, se il trespasse au royaume de Jerusalem, et le Mareschau est present, il remaint en leu de Maistre, et doit tenir le chapistre por l'office de la mareschaucie que il tient, tant que par lui et par le couvent et par tous les baillis deça mer ayent esgardé et fait Grant Comandeor qui tiegne leu de Maistre. Et si doit assembler tous les prodomes de la baillie, et doit prier toz les perlas de la terre et les bones gens des relegions, que il soient a son obsequie et a son enterrement. Et o grant luminaire de cierges et de chandeles son servise doit estre fait, et sevelis o grant honor. Et cest luminaire de chandeles est otroié a lui solement por l'ennor de la maistrie.

199. Et trestous les frères qui sont present doivent dire dedens VII jors CC pater nostres, et tout ensement doivent faire tous les frères qui sont de la baillie de cele maison ; et si i doivent estre se il ne lor covient remaindre por aucune nécessité. Et C povres doivent estre repeus por l'arme de lui au disner et au soper. Après, doit l'en son hernois départir si come d'un autre frère de couvent, fors la robe de son cors et de son gésir, qui doit venir en la main de l'aumosner, et doit estre donée entérinement por Dieu as mesaus, si come il faisoit de ses robes vieilles quant il pernoit les nueves.

200. En après, si doit faire assavoir le Mareschau le trespassement dou Maistre au plus tost que il porra a toz les comandeors des provinces deça la mer, et que il viegnent a jor nomé por la maison conseillier et por eslire Grant Comandeor qui tieigne leu de Maistre. Et se estre puet sans grant damaige de la maison, en Jherusalem ou dedens le royaume doit estre célébrée l'eslection dou Maistre. Car la est le chief de la maison et la sovraine province de tout le Temple.

201. Mais se il avenist que le Mareschau ou tout le couvent fust en la terre de Triple ou d'Antyoche, et le Maistre trespassat ici, ce que dessus est dit dou Mareschau dou Temple el royaume de Jerusalem doit estre entendu des II comandeors de ces II provinces et chacun por soi. Ensi come le Mareschau deveroit tenir le chapistre d'eslire le Grant Comandeor se il se faisoit dedens le royaume de Jerusalem, en tele maniere le doit faire le Comandeor de la terre de Triple ou d'Antioche. Et se il trespasse dedens le royaume de Jerusalem et le Mareschau ne fust au royaume, le Comandor dou royaume de Jerusalem doit faire son obsequie si come I des autres comandeors des provinces, et doit faire assavoir au mareschau et au couvent et as autres comandeors la mort dou Maistre au plus tost lue il porra, el non de la sainte Trinité.

202. Et le Grant Comandeor qui a faire est por tenir leu de Maistre, se il se fait dedens le royaume de Jerusalem, le Mareschau doit tenir le chapistre si come il est dessus dit, et doit estre esleu (Le Grand Commandeur) par le comunal acort et a la volenté de toz les frères ou de la plus grant partie, el leu et en non de Dieu.

203. Le Grant Comandeor se doit traire a une part avec le Mareschau et avec les comandeors des III provinces, se estre y pueent, que il ne soient empeichés de canonical empeeschement avec les autres prodomes baillis, et autres cels que a lui et as autres prodomes semblera qui soient a apeler por conseill doner, et ne mie tous. Et ensemble avec aus traitera dou tens et dou jor que il puissent assembler covenablement de l'eslection faire. Et chascun des comandeors des provinces doit venir au jor nomé, sans mander querre, avec une partie des prodomes de sa baillie que sans damaige porra amener.

204. Et de celi jor en avant le Grant Comandor doit porter la boule (Le sceau, la bulle) du Maistre et faire toz les comandemens de la maison en leu dou Maistre jusques a l'ore que Dieu aura porveu la maison de Maistre et de governeor. Et si doit estre ausinc obéis corne le Maistre se il vivoit.

205. Et trestous les frères dou Temple deça mer doivent jeûner III vendredis en pain et en aigue, dès icele ore jusques au jor nomé de l'eslection. Et dès icest jor en avant, chascun comandeor doit aler en sa baillie et traitier la besoigne de la maison au plus beau et au meaus que Dieu li ensoignera, et doit prier et comander a ses frères que il soient en oroison et en prières, que Dieu conseille la maison de Pere et de Maistre. Et ceste prière meismes doit estre faite a toutes bones gens de religion.

206. Venu le jor nomé de l'eslection dou Maistre, le couvent et trestous les baillis, ensi come dessus est dit, doivent assembler en leu nomé, selonc ce que bien lor semblera. Et quant ce vient après matines dou jor que l'eslection se veaut faire, le Grant Comandeor doit semondre la plus grant partie des prodeshomes de la maison, et non pas toz les frères, et doivent par conseil metre fors II ou III prodomes de la maison, frères et des plus comunaus, et plus, se mestier est ; et ensi lor doit l'en comander que il voisent for dou conseill, et il y doivent obéir.

207. En après, le Grant Comandeor face sa demande d'eaus, et celui a cui s'acordera tout le conseill ou la plus grant partie, celui sera Comandeor de l'eslection. Après, si les doit rapeler et a celui qui est esleu doit faire a savoir que il est de par Dieu fait Comandeor de l'eslection dou Maistre. Et celui qui est esleus doit estre tel que il aime Dieu et justise, et soit comunaus a toutes lengues et a toz les frères, et que il aime pais et concorde en la maison, et ne maintiegne parties. Et trestous les XIII esliseors dou Maistre doivent estre tels, et de diverses provinces et de diverses nations. Et ançois que il partent dou conseil, le Grant Comandeor entre lui et trestous les autres frères dou conseill si doivent doner un frère chevalier por compaignon, itel come il est dessus. Et cestui conseill et ceste assemblée soit tous tens faite sans remuer.

208. Après les matines dou jor de l'eslection, por ce que il puissent veillier por Dieu prier jusques au jor, dès ici en avant les il frères doivent aler en la chapelle por Dieu proier que il les adresse et conseille, que il puissent parfaitement et selonc sa volonté acomplir l'office et le comandement qui lor est enchargé. Et chascun doit horer par soi, et ne doivent parler a nul autre frère, ne nul autre frère a eus ; ne assembler ensemble se n'est por parler de ceste chose que il ont a traitier. Et doivent toute nuit permaindre en oroisons et traiter de l'afaire de l'eslection, et trestous les autres frères del conseil s'en puent départir ; et ceaus qui sont mesaisiés reposer en lor lis et prier Dieu qu'i conseille la maison, et les autres frères sains selonc la puissance de lor cors doivent estre en oroisons et en proieres jusques au jor.

209. La prime sonée et les frères venus au mostier oyr prime, et chantée la messe dou saint Esperit o grant devocion, et oye tierce et midi, humblement et en pais entrent en chapistre. Et oy le sermon et la prière faite selonc la costumance de l'ordre de la chevalerie, et après, le Grant Comandeor doit prier les frères et comander que il apelent entre aus la grace dou saint Esperit, par laquele il puissent avoir tel Maistre et tel pastor par qui la maison soit conseillée et trestoute la sainte terre, en qui servise la maison est establie et ordenée. Et trestous frères se doivent agenoillier en terre et faire et dire ces oroisons come Dieu lor aura enseignié.

210. Et après, le Grant Comandeor doit faire venir le Comandeor de l'eslection et son compaignon devant lui et devant tout le chapistre, et lor doit comander en vertu d'obédience cestui office qui dessus est dit, en peril de lor armes et en guerre dou paradis, que toute estuide et toute entente aient d'eslire lor compaignons que en celui office seront aveuc aus. Et si lor doit encores comander que ne por graces, ne por hayne, ne por amor, mais soulement Dieu voiant devant lor yeaus, eslisent tels compaignons par lor sens, lesquels ententent a la pais de la maison si come dessus est dit d'eaus ; et il doivent issir de chapistre.

211. Et ces il frères doivent eslire autre II frères, et seront IIII. Et ces IIII doivent eslire autre II frères, et seront VI. Et ces VI frères doivent eslire autre II frères, et seront VIII. Et ces VIII frères doivent eslire autre II frères, et seront X. Et ces X frères doivent eslire autre II, et seront XII, en l'ennor des XII apostres. Et les XII frères doivent eslire ensemble le frère chapelain por tenir le leu de Jhesu-Crist ; lequel se doit mult esforcier de tenir les frères en pais et en amor et en acort: et seront XIII frères. Et de ces XIII doivent estre les VIII frères, chevaliers, et les IIII frères, sergens, et le frère chapelain. Et ces XIII frères esliseors doivent estre tels come dessus est dit dou Comandeor de l'eslection, de diverses nations et de divers pais, por la pais de la maison tenir.

212. En après, tous les XIII esliseors doivent entrer devant le Comandeor et devant les frères, et le Comandeor de l'eslection doit proier les frères ensemble trestous et le Grant Comandeor que il prient Dieu por eaus, quar de grant faiz les ont diarchies. Et tantost toz les frères ensemble doivent se geter en terre en croisons et prier Dieu et tous les sains et toutes les saintes par qui la maison prist comencement, que il la conseille et adresse de Maistre tel come il set que mestier a la Maison et a la sainte terre.

213. Après, se doivent tous XIII endressier davant le Grant Comandeor, et il doit comander a tous les XIII esliseors et chacun par soi, que, en celui office ou il sont ordenés, ayent Dieu devant lor yeaus et n'entende [nt] a autre chose mais a l'ennor et au profit de la mason et de la sainte terre. Et cele personne qui lor semblera plus profitables a trestous ou a la plus grant partie, il ne lairont a metre en celui leuc, ce est de Maistre, por nule haine ne por nule male voillance. Et celui qui profitable ne lor semblera a trestous ou a la plus grant partie, por nule grace ne por nule amor ne l'apelent ne eslisent a tenir si grant leu come de la Maistrie.

214. Et cestui comandement soit fait a toz les XIII esliseors devant trestout le chapistre par le Grant Comandeor en tel maniere:
« Nos conjurons, - de par Dieu, et de par ma dame sainte Marie, et de par mon seignor saint Pierre, et par tous sains et de par toutes saintes de Dieu, et de par tout le chapistre, en vertu d'obédience, sous paine de la grace de Dieu et que au jor dou jugement, se en tele maniere come vos devés n'aies en ceste eslection, soies tenu de rendre conte et raison devant la face de Dieu et de toz ces sains, - que vos, tel frère dou Temple eslisiés qui vos semblera plus digne et plus profitable et plus comunal a trestous les frères et a la maison et a la sainte terre, et de meillor renomée. »

215. Et le Comandeor de l'eslection doit prier le Grant Comandour et trestous les frères que il prient Dieu por eaus, que il les conseille. Et trestous les XIII esliseors s'en istront ensemble de chapistre et iront en tel leuc qui sera covenable d'élection faire.

216. El nom de la sainte Trinité, c'est dou Pere et dou Fis et dou saint Esperit. Amen. - Ci comenceront a traitier de l'eslection et des personnes nomer, les queles sembleront profitables a eslire por Maistre. Premièrement, des personnes des frères qui sont deça la mer, ou el couvent, ou es baillies. Et se tant est chose que Dieus veulle soufrir qu'il soit trové profitable a cel luec tenir, et le comunal acort i soit de tous XIII ou de la plus grant partie, celui soit esleus Maistre dou Temple. Mais se il avenist chose que plus profitable persone fust trovée es parties d'outre mer, et acorde i eust de toz XIII ou de la plus grant partie, celui soit esleus a Maistre dou Temple.

217. Et se il avenist chose, dont Dieu les desfende, que les XIII frères se partissent en III parties ou en IIII et ne fussent acordables, le Comandeor de l'eslection aveuc aucun des autres prodeshommes doivent venir en chapistre devant le comandour et devant trestoz les frères, et lor doit requerre que il soient en oroisons et en prières, que Dieus les adresse ; sans nule parole tenir de la discorde qui entre aus est, dont Dieus les desfende. Et cestes prières doivent estre faites pluisors fois, as requestes des esliseors. Et trestous les frères se doivent agenoillier et abaissier en terre, et prier la grace dou saint Esperit que les esliseors conseille et adresse de Maistre faire. - Après il doivent retorner a lor compainons en la place de l'eslection faire.

218. Et se il avenist chose par quoi il se peussent acorder a une persone eslire, celui est Maistres que par le comunal acort de la plus grant partie est només et esleus.
Et celui qui ensi comunaument est esliz, se il est deça la mer, come nos avons dit dessus, et est el chapistre aveuc les autres frères, tous les XIII esliseors doivent venir devant le Comandeor et devant tous les autres frères dou chapistre.

219. Et le Comandeor de l'eslection doit dire, por soi et por tous ses compaignons comunaument, a trestous les frères:
- « Biaus seignors, rendes graces et merci a nostre seignor Jhesu-Crist et a madame sainte Marie, et a tous sains et a toutes saintes, que nos somes acordé tous comunaument. Et si avons de par Dieu esleu par vos comandemens le Maistre dou Temple ; vos en tenés vos apaiés de ce que nos en avons fait ? »
Et il doivent dire tous ensemble et chascun par soi:
- « Oïl, de par Dieu. »
- « Et li prometés vos a tenir obedience tous les jorz de sa vie ? »
- Et il doivent respondre: « Oïl, de par Dieu. »

220. Après, doit faire demande au Grant Comandour en ceste forme: - « Comandeor, se Dieus et nos t'avons esleu por Maistre dou Temple, prometés vos a estre obedient tous les jorz de vostre vie au couvent et tenir les bones costumes de la maison et les bones usances ? »
Et il doit respondre:
- « Oïl, se Dieu plaist. »
- Et cele demande doit estre faite a III ou a IIII de plus prodomes de la maison.

221. Et se la personne est présente qui est esleue, il doit venir parler a lui en tel maniere et nomer le par son nom, et dire:
- « Et nos, el nom dou Pere et dou Fis et dou Saint Esperit, nos avons esleu a Maistre et eslisons vos, frère No... »
- Et adonc le Comandeor de l'eslection doit dire as frères:
- « Biaus seignors frères, rendés graces a Dieu ; veés ci nostre (vostre) Maistre. »
Et tantost les frères chapelains doivent comencier Te Deum laudamus. Et les frères se doivent tantost lever, et prendre le Maistre en grant devocion et a grant joie, et porter le entre lor bras a la chapele, et offrir le a Dieu devant l'autel, qu'il l'a porveu a la governance de la maison ; et il doit estre a genoillons devant l'autier tant que l'orison soit dite a Dieu por lui. Et les frères chapelains doivent dire:
- Kyrie eleison.
- Christe eleison.
- Kyrie eleison.
- Pater noster.....
- Et ne nos inducas in temptationem.
- r. Sed libera nos a malo.
- Salvum fac servum tuum. r. Deus meus, sperantem in te (Psaume LXXXXV, 2).
- Mitte ei, Domine, auxilium de sancto. r. Et de Syon tuere eos (Psaume XIX, 3).
- Esto ei, Domine, turris fortitudinis. r. A facie inimici (Psaume LX, 4).
- Domine, exaudi orationem meam. r. Et clamor meus ad te veniat (Psaume CI, 2).
- Dominus vobiscum. r. Et cum spiritu tuo.

 

Oratio
Oremus. - Omnipotens sempiterne Deus, miserere famulo tuo et dirige eum secundum tuam clementiam in viam salutis eterne, ut, te donante, tibi placita cupiat et tota virtute perjiciat, per Dominum...

223. De toutes les choses qui ont estées dites et retraites entre les frères esliseors doit estre tenue silence, a celer come chapistre ; quar grant escandre et grant haine en porroit sordre, qui souffreroit a retraire les paroles qui entre les frères ont estées dites et retraites.

 

Ses pouvoirs
1 - Pour toutes les décisions importantes, il doit consulter les frères réunis en chapitre. « Tous les frères doivent obéir au Maître et le Maître à son couvent »

2 - C'est lui qui désigne les principaux Dignitaires, mais et toujours avec l'accord du chapitre.

3 - Il est toujours assisté de deux chevaliers d'un rang élevé, pour le conseiller et aussi pour le surveiller.

3 - Il dispose d'une vraie « maison »: outre les deux chevaliers, un frère chapelain, un clerc, un « écrivain sarrasinois » (faisant fonction d'interprète), un sergent, un turcople (soldat auxiliaire d'origine locale), un maréchal-ferrant, un cuisinier, deux palefreniers (chargés de son turcoman « cheval » de guerre choisi parmi l'élite).

4 - En campagne: il dispose d'une tente ronde (comme la chapelle du Saint-Sépulcre), il est escorté en permanence par un frère portant le Gonfanon ou l'étendard de l'Ordre.

5 - Le Maître décide seul, de l'engagement « c'est une terrible erreur de la règle ».

6 - Il signe ses missives et discutions de son sceau, « la bulle », portant sur une face deux chevaliers sur la même monture et sur l'autre face, le « Dôme du Rocher » là où se trouve la maison chevetaine de l'Ordre à Jérusalem.7 - Il est représenté par des visiteurs (sorte d'inspecteurs généraux), dans tous les pays où l'Ordre possède des commanderies.

 

Second dignitaire de l'Ordre, il rempli toutes les fonctions du Maître en son absence. 2 - Il dispose d'une vraie « maison » presque aussi importante que celle du Maître.

 

Ici commence les retrais do Seneschau
99. Li Senechaus doit avoir IIII chevaucheures, et en leu d'une beste mulasse puet avoir un palafroi ; et doit avoir II escuiers et un frère chevalier a compaignon, qui doi avoir IIII bestes et II escuiers, et un frère sergent a II bestes, et I diacre escrivan por dire ses ores, et un turcople a une beste, et un escrivansarrazinois avec une beste ; et si puet avoir il garsons a pié ; et tous ices puet mener o soi. Et doit porter autel bolle come li Maistres.
Li Senchau porte confanon bauçan (1) et tente reonde aussi come li Maistres, et en trestous les leus ou li Maistres nen est il est en leu dou Maistre. Et quant il chevauche ses bestes, si doivent avoir autretel provende come celes dou Maistre. Et en trestous les leus que li Maistres nen est, tous les somaiges des terres et des maisons, et toutes les maisons et les viandes, si sont en comandament dou Senescal.

100. Quant li Seneschal est en une des terres sans le Maistre, il la regardera et en prendra ce que il voudra, et fera aidier l'une maison a l'autre ; et se il veaut frères remuer de terre en autre, bien le puet faire, fors en la terre ou li Maistres sera.
Li Seneschau puet doner a un prodome amis de la mason un palafroi, ou I mul, ou une mule, ou uneselle a croce (2), ou une bele coupe d'argent, ou une robe vaire (3) ou d'escarlate, ou de ci en jus (4). Mes trestous ices dons doit faire par le conseill des frères qui seront en les parties ou il sera, por le profit de la maison.

 

Notes Sénéchau
1. D. R. omettent bauçan ; P. l'ajoute en marge.
- Ce mot signifie simplement mi-parti de deux couleurs ; ici le noir et le blanc. Le gonfanon des Templiers était effectivement « d'argent au chef de sable » ; plus tard on ajouta une croix de gueules brochant sur le tout ; mais le qualificatif baucent (et non bauséant) s'appliquait surtout aux chevaux, etc. C'est une corruption du sens primitif qui a appelé l'étendard même le baucent, et alors le nouveau sens n'appartient pas au seul ordre du Temple, comme on le croit quelquefois, mais à tous chrétiens ou païens, de l'Orient et même de l'Occident. Godefroy, Diet, de l'ancienne langue française, cite des textes où le nom de baussant est donné à l'étendard de Metz. Souvent, c'est ce que nous appelons la flamme, long et étroit pavillon à deux pointes, fixé au haut des mâts des navires. (Nous ne relevons pas l'explication de Bosio, adoptée par Maillard de Chambure, pour qui baucent signifie val cento.)
2. La crosse désigne ici l'arçoimière, qui n'était sans doute appliquée qu'aux selles de combat.
3. Varia, gris-bleu, plutôt que de vair, de fourrure (?).
4. D. aval. Mes toz ices...

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

1 - C'est l'autorité militaire suprême, il a la charge des armes et des chevaux.

2 - En campagne, tous les frères sergents et autres gens d'armes sont aux ordres du Maréchal.

3 - C'est lui qui prend la tête de la cavalerie lourde des Templiers lorsqu'elle charge.

4 - Son rôle est primordial dans toutes les actions militaires importantes.

 

Ici commence les retrais dou Mareschau dou couvent del Temple
101. Li Mareschaus doit avoir IIII bestes et II escuiers, et en leu d'une beste mulace puet avoir I bon turqueman, et se nul frère li demandoit por cheval, il ne li donra pas se il ne veaut. Et se il tenoit ronsin (5) a genetaires (6) tel don frères s'en tenist apaiés, et il li demandast, il li doit doner. Et si doit avoir I frère sergent a une beste, et il li puet prester se il veaut une autre beste de la quarravane ; et doit avoir I turcople o une beste, et un aguillier (7) de mi teles et de III bastons et de II croperes, et une grebeleure (8), a ses escuiers et a son hernois ; et doit avoir autel hernois come frère dou covent, et autel provende come li covens. Et quant il chevauchera en l'erbage avec le covent, ou aillors, le soumaige (9) dou Comandor de la terre li doit faire porter son aguillier, et son orge et son chauderon, en quelque terre que il sera.

102. Li Mareschaus doit avoir a son comandement toutes les armes et les armeures de la maison, celes que l'on achate por doner as frères dou covent, ou de don, ou d'aumosne, ou de gaaing. Et tous les gaaings qui as armes afferent, et encores viegnent il a enchantement (10), si doivent il aler en la main dou Mareschau. Et tout le hernois qui as armes (frères) afiert, qui ait esté de frères dont Dieu ait fait son comandement, aussi doit venir en sa main ; fors arbalestres, qui doivent venir en la main dou Comandour de la terre, et les armes turqueses, que les comandeors achatent por doner as frères sergens des mestiers qui sont en leur comandemenz. Et les comandemens et les departies des freres doit faire li Mareschaus en tous les leus ou il est ; et il ne doit metre freres en son leu se il ne vait fors de la terre, ou se il ne fust malades.

103. Quant il est guerre et cris lieve, les comandeors des maisons doivent leur proies recuillir, et quant il les ont recuillies, il doivent tuit venir en l'eschiele (escadron, corps de troupes) dou Mareschau, et puis ne s'en doivent partir sans congié. Et trestous les frères sergens doivent aler au Turcoplier et ne s'en doivent partir sans congié. Et trestous les frères chevaliers et tous les frères sergans et toutes les gens d'armes sont au comandement dou Mareschau quant il sont as armes.
Li Mareschaus, en quelque terre que il soit, si puet acheter chevaus, muls ou mules. Mes il le doit faire assavoir au Maistre se il y est. Et li Maistres si li doit faire doner des besans se il voit que mestiers en soit.
Li Mareschaus puet doner a I prodome dou siècle une selle qui ait esté chevauchée ou rendue, et si puet douer autre menu hernois, mes que il ne le face trop sovent; et sans le Maistre ne doit riens faire.

104. Quant li Mareschaus est en la terre de Triple ou d'Antyoche, li Comandeor de la terre li puet metre la mareschaucie en sa main se il veaut. Et se il veaut, il ne li metra pas. Et se li Mareschaus veaut, il la prendra, et se il veaut, il ne la prendra pas. Et se li comandeor li met en sa main et il la prent, il puet doner as frères ce que mestier lor sera, et se il ne la met en sa main, le menu hernois sera en la main dou Mareschal dou couvent. Et se il y a mareschau en la terre, li Mareschau dou couvent nen a riens de pooir en la mareschaucie dou païs, fors des comandemens de la maison, que il doit faire par tout la ou il est, et dou menu hernois. Mes se il li prie de cheval qui soit en la quaravane, por doner a aucun frère qui soit estant en la terre, (et) li mareschaus de la terre l'en a a obéir.

105. Et se li Mareschaus dou couvent li prie de doner a frère qui ne soit estaiant en la terre, il li puet refuser se il veaut; mais se il y eust guerre el païs, et il y eust frère mesaisié de chavau ou d'autre beste mulace, et il deust aler en chavauchée, li Mareschau dou couvent puet aler en la quarravane et veir ce que il aura ; et puet comander au marchau de la terre de tel chevau aaisier tel frere, et de celui tel (et) il en a a obéir. Et quant les frères sont revenus, les bestes doivent retorner en la quarravane. Et se il y a II eschieles de chevaliers, li mareschaus de la terre en doit avoir l'une ; et se il nen a mareschau en la terre, li comandeor de la terre doit avoir l'une eschiele, se a lui plaist et se il le puet soufrir.

106. Li Mareschaus dou covent puet metre se il veaut par conseil le Souz-Mareschau et le Confanonier. Et se li Mareschau veaut envoier d'une maison a autre dou harnois de la mareshaucie a porter en host, ou en chevauchie, ou en l'erbage, li comandeor de la terre li doit faire porter sus les sommiers ce que li Mareschaus li baillera. En la terre ou li Mareschaus dou couvent soit, li comandor de la terre ne puet faire sommage des bestes dou couvent sans parler a lui.
Ensi corne il est dit dou Mareschau dou covent en la terre de Triple, doit estre en la terre d'Antyoche. Le Mareschaus dou covent doi faire toz les apeaus et toz les comandemens as freres, la ou li Maistre est ou autre en leu de lui, e la ou il est, quar il est baillis dou couvent. Le Mareschaus doit tenir chapistre en la terre de Jerusalem, se li Maistres n'i est, ou le Seneschal, ou autre qui soit en son leu dou Maistre.

107. Quant les bestes vienent d'outre mer, eles doivent estre gardées en la quarravane tant que li Maistres les ait veues. Et li Maistres en puet prendre a son eus (Ad opus suum) se mestier li est, ensi come il est dit dessus, I chevau ou dos, por doner ; mais il les doit faire garder en la quaravane tant que il les ait donés, et puis li Mareschaus puet départir les autres bestes as frères la ou il verra que mestier en sera.
Et se aucuns frères trespassast de cest siècle et il fust estagant en la terre, ou il fust mandés sans son hernois en autre païs, le hernois si doit remanoir en la mareschaucie de la terre, et le hernois des autres frères dou couvent doit venir en la mareschaucie dou covent.

108. Quant les frères sont départis par les maisons, li Mareschaus ne puet nul remuer se n'est por changier I frère por autre. Et li Mareschaus dou couvent ne puet prendre nul frère qui soit estagant en la terre por metre en couvent, ne por remuer fors de la terre ; ne li Mareschaus dou couvent ne puet laisser en la terre nul frère de couvent se par le Maistre non. Quant li Maistres ou les frères jetent les frères dou chapistre por faire comandeor deçà mer, li Mareschaus nen doit pas estre jetés, se li couvent ne li aura ançois faite mercis de sa baillie ; mes por le Senechau sans plus, tous les comandeors deçà mer puet l'en geter dou chapistre por faire mareschau sans avoir mercis de lor baillies, fors le Seneschau et le Comandor dou royaume de Jerusalem.

109. Li Mareschau ne puet jeter son compaignon de rene por aler de terre en autre por estage, mes par quinzaine et por somaige et por eschiele l'en puet jeter. Li Maistres et li Comandeor de la terre doivent trover en la mareschaucie ce que mestier y sera, fors acier et fil de Bergoigne (fil de fer).

 

Notes Maréchal
5. Cheval entier. Les roncins étaient des chevaux peu estimés, mais supérieurs pourtant aux sommiers, qui ne servaient que dans les équipages. V. Gay (Glossaire, archéologique) cite des vers de E. Deschamps (1360) qui indiquent bien la différence:
Trois manières truis de chevaux qui sont:
Pour la jouste, les uns nommez destriers,
Haulz et puissans et qui très grant force ont.
Et les moyens sont appeliez coursiers,
Ceuls vont plus tôt pour guerre et sont legiers.
Et les derrains sont roncins ; et plus bas,
Chevaulx communs qui trop font de débas,
Ceux labours vont, c'est de genre villain.
6. Proprement cavaliers montés sur des genets, troupes légères.
7. Nous n'avons pu trouver aucun exemple, en dehors de la Règle, de ce mot qui signifie très probablement une tente de moyenne taille, moins importante que la tente ronde du maître et du sénéchal. Elle est ici indiquée avec les toiles et les bâtons, Piquets, etc., qui en formaient la charpente.
8. Petite tente, dont le nom tout spécial ne se retrouve guère que chez les ordres militaires de l'Orient. Du Cange, au mot Gribellio, cite un passage de la Règle latine des Teutoniques: « parvas tentas quae vocantur gribelliones. » D. gribelouoire.
9. C'est le cortège de bêtes de somme et d'équipages qui était à a disposition de chaque dignitaire de l'ordre pour les courses, les transports, etc. Cf. un sens plus étroit au § 376.
10. Vente à l'encan, enchère. Cf. les Assises de Jérusalem, livre de Jean d'ibelin, éditions Beugnot, tome I, page 129.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Le commandeur de la Terre et Royaume de Jérusalem
1 - C'est le grand trésorier de l'Ordre.

2 - Il est le chef de la province, celle de la Terre-Sainte.

3 - Il assure la fonction de ministre des finances.

4 - Il gère les flux financiers et les avoirs de l'Ordre en Orient et en Occident.

5 - A ce titre, il est le commandant de la flotte templière, dont le trafic passe presque en totalité par le port d'Acre.

6 - C'est lui qui déploie les frères dans les commanderies, places-fortes et forteresses en fonction des disponibilités et les nécessités de l'instant.

7 - Il est assisté du drapier, chargé de la fourniture de l'habillement des Templiers et de leur matériel de campagne (tentes et lits).

 

Ici commence les retrais dou Comandeor de la terre de Jerusalem et dou Royaume
110. Li Comandeor dou royaume de Jerusalem doit avoir IIII bestes, et en leu d'une beste mulace puet avoir I palafroi et II escuiers, et I frère sergent a il chevaucheures et un diacre qui saiche escrire et I turcople a I beste, et un escrivain sarrazinois aune beste, et II garsons a pié come le Seneschau, et une grebeleure por ses escuiers et un aguillier come li Mareschaus. Mes li Drapiers doit estre son compainon.

111. Li Comandeor de la terre est trésorier dou couvent et tous les avoirs de la maison de quelque part il soient aportés, ou deçà mer, ou delà la mer, il doivent estre rendus et balliés en la main dou Comandour de la terre, et il les doit metre au trésor, et non doit riens tochier ne remuer tant que li Maistres les ait veus et contés ; et quant il les aura veus, si seront mis en escrit et li Comandeor les doit garder au trésor, et si en puet faire la besoigne de la maison. Et se li Maistres ou une partie des prodeshomes de la maison en veulent oyr conte, il lor doit rendre.

112. Li Comandeor de la terre doit guarnir la draparie de toutes les choses qui mestiers i seront, et puet prendre ce que il voudra, par le sentiment (ou conseil) dou Drapier; et li Drapiers l'en a a obéir.
Li Comandeor de la terre (del relame del Jherusalem) puet doner I palafroi, ou un mul, ou une mule, ou une coupe d'argent, ou robe de vair ou de brunete (26), ou une penne de vair, ou une tele de Rains, as amis qui font le grant prest (presenz) a la mason. Et toutes robes vaires et de gris et d'escarlate et tuit li drap qui ne sont taillie qui vienent de dons ou d'aumosnes en la maison, sont dou Comandour de la terre ; et les autres robes taillées doivent venir en la draparie.

113. Li Comandor de la terre doit avoir les achas et les laisses (legs) de C. besanz, et de qui en sus, qui sont faites as maisons de son comandement. Mais se la laisse monte de C. besanz en sus, si doit estre mise en la recete, et de C. besanz en jus doit venir en la main dou Comandor de la maison, la ou l'aumosne est faite (donnée) ; et se laisse est faite sur mer a la maison, de grant avoir ou de petit, si doit venir en la recete.
Se esclaf se rechate (se raint), qui soit en la main dou Comandeor, de M. besanz en sus, doit venir en la recete ; et se la raençon monte de M. besanz en jus, si doit venir en la main dou Comandeor; et se l'esclaf est de la mareschaucie, et la raençon ne monte a (jusqu'à) M. Besanz, si doit venir en la main dou Marechau ; et se la raençon monte de M. Besanz en sus, si doit estre mise (venir) en la recete.

114. Li Comandeor puet doner des bestes mulaces de sa corde, ou une ou II, as frères, ou un de ses sommiers ; mais que il ne l'face trop sovent. Mais li Comandeor ne doit pas tenir a sa corde la beste que li frères aura changée, ainz doit aler a la mareschaucie, si li Mareschaus nen aura doné congié au frère de changier.
Se li Comandeor fait norir polains as frères de son comandement, et aucuns frères dou covent li demandast por cheval, et il s'en tenist apaiés, bien en puet doner, ou un, ou II. Mais que il ne l'face trop souvent.

115. Se li Comandeor a mestier de chevaus por les freres de ses boveries et de ses mandres (27), et il en demant au Mareschau, il li en doit bien aidier se il a de quoi, et il li puet bien prester polain ou chevaus. Mais quant il voudra, si les porra bien recovrer por en harnechier les frères dou covent ; et li Comandeor les li doit rendre quant il li seront mestier. Et se aucun frère demande au Mareschau beste que il ait prestée de la mareschaucie, il la puet doner (prester), quar toutes les bestes qui issent (sont) de la mareschaucie il doivent retorner ; mais se li Comandeor achate polains, et il les baille as frères, ou autres bestes por norrir, de celes nen doit riens prendre li Marescaus sans congié dou Comandeor ou dou Maistre. Et se li Mareschaus nen a de quoi il les puisse acheter, et il le mostre au Maistre ou au Comandeor, il li doit faire baillier les bestes que li frère de son comandement averont norries, celes dont il porra apaier les frères dou couvent. Et li Maistres nen puet nule prendre que il meisme ne face assavoir au Comandeor ; et li Comandeor l'en a a obéir. Li Comandeor puet achater somier, chameus et autres bestes qui mestier li auront a son afaire.

116. Tuit li gaaing, et toutes les bestes as bardes (selles, bâts), et tous les esclas, et trestout le bestiail que les maisons dou royaume de Jerusalem gaaingnent par guerre, doivent estre au comandement dou Comandor de la terre, fors les bestes a selles et les armeures, et les armes, qui afierent a la mareschaucie.
Se li Comandeor dou royaume de Jerusalem veaut chevauchier par la terre, et il porte avoir aveuc lui, il puet demander au Mareschau des frères tant come il en aura mestier por mener en sa compaignie, et li Mareschaus les li doit baillier.

117. Se les bestes dou Comandeor (Jherusalem) fussent lassées et travaillées, et il eust besoing d'autre bestes por la besoigne de la maison, il les doit demander au Mareschau ou a celui qui sera a son leu, et il les li doit faire avoir ; et li Comandeor doit metre les soes bestes en la quaravane. Et quant il retornera, il doit les soes bestes prendre, et rendre les autres la ou il les prist.
Si li Comandeor veaut une selle fere guarnir en la marechaucie, ou por son cors, ou por aucun ami de la maison, il le puet bien faire ; mais que il ne le face trop souvent.

118. Ne li Comandeor de la terre ne puet envoier nul frère hors de sa baillie en autre terre por estage, se par le Maistre ne l'i envoie.
Toutes les maisons et tous les casaus (Fermes, villages, domaines ruraux) dou royaume ne Jerusalem, et tous les frères qui i sont estans, sont au comandement dou Comandour de la terre (dou realm de Jherusalem). Ne li Comandor ne doit faire grans semonces ne present as gens dou siècle ni as chevaliers, la ou li Maistre soit, se n'est a aucuns amis de la maison, privéement. Et se li Maistres n'i est, il le puet faire.

119. Se li Comandeor a mestier de despence, il le doit faire assavoir au Maistre, et par lui en doit prendre que ce que il en prendra.
Tuit li vaissel de mer qui sont de la maison d'Acre (28) sont au comandement dou Comandour de la terre. Et le Comandour de la voute d'Acre, et tous les frères qui i sont desous lui, sont a son comandement, et toutes les choses que li vaissel aportent doivent estre rendus au Comandeor de la terre. Mes se chose nomée y est mandée ou au Maistre ou a autre frère, cele chose doit estre rendue la ou ele est mandée.
Quant vient au despartir les frères dou couvent par les maisons, li Comandeor puet dire au Mareschau: « Tant en metés en tel maison et tant en l'autre. » Et li Mareschau le doit faire, qu'il n'i doit metre plus ne mains.

 

Notes commandeur royaume de Jérusalem
26. Drap fin, brun ou noir, servant aux personnes de rang. On le trouve opposé à bureau. Cf. Livre des métiers d'Étierme Boileau. Introduction, éditions Lespinasse et Bonnardot, page LXIV.

27. Étables, bergeries. Il y avait des boveries, étables parcs à boeufs, même dans les villes. Ainsi, le plan d'Acre XIIIe siècle), conservé au Vatican, en montre deux, appartenant aux Templiers, dans le faubourg de Montmusart. (Rey, Sociétés des Antiquaires de France, 1878, tome XXXIX, page 115.)

28. Acre, ou Ptolémaïde, fut prise aux Arabes en 1104 par Baudouin Ie. En 1187, Saladin s'en empara de nouveau, mais pour peu de temps, car elle retomba au pouvoir des croisés en 1191, après un siège de deux ans dirigé contre elle par Richard Coeur de Lion et Philippe-Auguste. La place resta dès lors aux francs pendant un siècle, et ne leur fui arrachée que par le siège qui ruina les derniers restes de leur puissance, en 1291, siège pendant lequel les Templiers s'ensevelirent presque tous sous les ruines de leur donjon. L'ordre du Temple avait plusieurs établissements à Acre: celui dont il s'agit ici sous le nom spécial de voute (enclos, ou lieu entouré par les flots. Cf. Du Cange, v° Volta) est évidemment le donjon et les bâtiments du grand maître et des chevaliers, situés au bord de la mer, à l'extrémité du port. C'était l'édice le plus considérable de la ville. Il était borné à l'est par la rue des Pisans et au nord par la rue Sainte-Anne. C'était aussi le principal port des Tempters, et c'est ce qui explique que le commandeur de la voûte, quoique frère sergent, soit un des dignitaires principaux de l'ordre en Orient. (Cf. § 143.) Voy. l'Étude sur la topographie d'Acre au XIIIe siècle, de Rey (Société des Antiquaires de France, XXXIX, 1878, page 115), qui donne le plan conservé au Vatican.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

 
Le commandeur de la cité de Jérusalem
1 - Il est chargé d'assurer la défense et la protection des pèlerins.

2 - A ce titre dix chevaliers lui sont toujours attachées en permanence.

 

Ici commence les retrais dou Comandor de la cité de Jerusalem
120. Li Comandeor de la cité de Jerusalem doit avoir IIII bestes, et en leu d'une beste mulace puet avoir I turqueman ou I bon ronsin, et II escuiers, et un frère sergent a II bestes, et un escrivain sarrazinois a une beste, et I turcople a une beste ; et doit avoir autel provende come li Maistres et doit avoir en la cité de Jerusalem dessouz lui comandeor chevalier.

121. Li Comandeor de la cité de Jerusalem doit avoir X frères chevaliers en son comandement por conduire et garder les pèlerins qui vont au flum Jordan (29) ; et doit porter tente reonde et confanon bausan ou enseigne, tant come sa ballie dure. Por ce que quant il herbergeroit, se il trovoit aucun prodome mesaisié, que il le meist en la tente, et le servist de aumosnes de la maison ; et por ce doit il porter tente reonde et mener somiers et porter viandes, et raporter les pèlerins sour les somiers se mestiers est.

122. Quant l'en porte la veraie crois en chevauchée (30), le Comandour de Jerusalem et les X chevaliers la doivent garder nuit et jor, et doivent herbergier au plus près que il porront de la veraie croiz tant come la chevauchée durera; et chascune nuit II frères doivent veillier a garder la veraie croiz ; et se par aventure avenist que herberge fust arestée, tuit doivent herbergier avec le covent.

123. Li Comandeor de Jerusalem puet doner partout la ou il est as frères, chevaus, muls et mules, et selles turqueses a home dou siècle, se ele li est présentée. Et trestous les gaains qui sont fait par guerre, outre le flum Jordain, qui allèrent au Comandeor dou royaume de Jerusalem, li Comandeor de la cité de Jerusalem en doit avoir la moitié ; et trestous les gaains qui sont fais deçà le flum du Jourdain, il n'i prent riens, ançois sont del grant Comandeor dou royaume de Jerusalem ciaus qui a lui afierent.

124. Trestous les chevaliers dou siècle qui sont en Jerusalem et sont affis (fixés, affidés) de la maison doivent aler et herbergier près de lui, et doivent chevauchier a son confanon. Et tuit li frère qui sont estagans en la vile, et tuit cil qui vont et qui vienent tant con il i sont, et le Mareschau n'i est, sont en son comandement, et par son congié doivent faire ce que il feront.

 

Notes commandeur de la citée de Jérusalem
29. Le pèlerinage au Jourdain remonte aux premiers temps du christianisme. Au moyen âge, les pèlerins et les guerriers ne manquaient pas, après leur visite à Jérusalem et à Bethléem, d'aller se purifier dans les eaux du Jourdain: ils y lavaient aussi leurs vêtements et se livraient à divers actes de dévotion. (Cf. Guillaume de Tyr, IX, 3, 15, etc.) Aujourd'hui encore, les Arabes ou les Grecs qui font partie de l'escorte des voyageurs regardent le Jourdain comme un fleuve sacré où ils vont se baigner et faire leurs ablutions.
30. Sans doute les reliques que la maison du Temple Possédait.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Les commandeurs de la terre de Tripoli et d'Antioche
En Terre-Sainte, les commandeurs des provinces de Tripoli et d'Antioche sont des dignitaires très importants, ils jouissent de droits étendus dans leurs circonscriptions.

 

Ici commence les retrais des Comandeors de la terre de Triple et d'Antioche
125. Li Comandeor de la terre de Triple et celui de la terre d'Antyoche, doit chascuns avoir IIII bestes, et en leu d'une beste mulace puet avoir i palafroi, et un frère sergent a il bestes 2, et i diacre a une beste, et un turcople a une beste, et I escrivain sarrazinois a une beste, et I garson a pié. Et, en trestous les leus ou il sont en lor baillie, sont en leu dou Maistre, se li Maistre n'i est. Et doivent avoir tente reonde et confanon baussant, et I chevalier a compaignon, que il puet jeter (lever) de renc por aler de terre a autre ; et doivent avoir autel prevende d'orge come li Maistres. Et toutes les gens qui sont estaiant es maisons de lor bailies sont a lor comandement, ou a armes, ou sans armes ; et puent chapistre tenir, se li Maistres n'i est, tant come lor baillies durent.

126. Et ces comandeors doivent garnir les chastiaus de lor comandemenz de cuiram (Cuiran, cuir et tout objet en cuir), de blé, de vin, de fer, d'acier, et de sergens por garder les portes ; et les autres choses doivent trover les chastelains ; et se riens lor faut, et il n'ont de quoi acheter, les comandeors lor doivent trover ou doner de quoi il l'achatent.

127. Les mareschaucies de lor baillies sont a lor Comandemens et il ont a trover les guarnisons des chavaus et des muls et des mules, et de l'autre hernois qui mestier i sera, et il doivent doner as frères ce que mestier lor sera. Et se il nen a mareschaus en la terre, il doivent doner le hernois as frères (aussi), et doivent faire les comandemens de la maison partout la ou li Mareschaus dou couvent nen est ; et se riens lor faut, les comandeors lor ont a trover les garnisons de lor mareschaucies ; et aussi a la draparie doivent trover ce que mestier i sera. Et se il i eust mareschaus es terres, les comandeors les puent metre et oster par les chapistres des terres ; et tout ensement (aussi) pueent les comandeors metre et oster les drapiers et les chastelains (30) qui sont en lor baillies.

128. Ne ces comandeors ne doivent faire grans semonces, ne grans presens as gens ni as chevaliers dou siècle, en leu ou li Maistres soit, se n'est a aucuns amis (ou), confreres de la maison. Et nul ne puet doner congié de seignier, ne de corre chevau ravine (31), ne de bouhorder, en leu ou il soit, se par lui non. Ne ces comandeors nen ont pooir de croistre ne d'amermer la prevende de l'orge, ne les bestes des frères jeter a haras, se il nen ont comandement dou Maistre et dou chapistre, se li Maistres est en la terre ; et se il nen i est, si le pueent faire par le conseill des frères dou covent, fors que la quarte beste, qui est en lor volenté de metre al haras ou de retenir a demie prevende.

129. Et ces comandeors, se il veulent, il verront les trésors des chastiaus et des maisons chevetaines de lor comandemens, et les garnisons; et se il en veulent riens prendre, par les comandeors des maisons en doivent prendre ce que il en prendront.
Et ces comandeors pueent doner bestes, robes et tout aissi com il est dit dessus dou Seneschau, por le profit de la maison. Et toz les jors que il sont en maison dou Temple en lor baillies, doivent mangier povres por Dieu viande de frères. Et ces comandeors ne puent doner assises a nul home, se par le Maistre ne l'font. Et quant le comandeor de la terre d'Antyoche vait en la terre d'Ermenie, il puet mener chapelain et porter chapele (32).

 

Notes commandeur de Tripoli et d'Antioche
30. Sans doute les officiers commis à la garde des châteaux-forts de l'ordre ; titre analogue à celui de casalier (§ 181), ougarde des fermes et casaux. Cette fonction est plus clairement expliquée au § 633.
31. Ravine n'a pas d'autre sens que rapidité, impétuosité ; mais il est pris évidemment ici dans le sens de course, traite, temps de galop. Cf. le § 315, où l'on compte une, deux, trois ravines, et même une demi-ravine. D. donne ici corre... a ravine.
32. Les ornements et les vases sacrés nécessaires à la célébration de la messe. Les évèques, dans leurs tournées épiscopales, se servaient souvent d'autels portatifs; il en est de fort riches.- Ce détail est indiqué ici, parce que l'Arménie était pays hérétique et qu'on n'eût pas trouvé de prêtre sur la route. Pour les possessions des Templiers en Arménie, cf. un chapitre de V. Langlois dans son Trésor des chartes d'Arménie, etc. Venise, 1863, in-4° ,p. 77.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Il est chargé de la fourniture de l'habillement des Templiers et de leur matériel de campagne (tentes et lits).

 

Ici commence les retrais do Drapier
130. Le Drapier dou couvent doit avoir IIII bestes IIII escuiers et I somelier, et I aguilier autel come li Mareschau, et une grebeleure a ses escuiers, et autre a ses parmentiers (Tailleurs de parements), et le hernois de la parmene doivent porter li sommiers et son anguillier ensement.
Le Drapier doit doner as frères ce que mestier lor sera de vestir et de gésir, tant come il affiert a sa baillie, fors les carpites (tapis de laine) des liz.
Quant robes vienent d'outre mer, li Drapiers doit estre au desploier des trosseaus (paquets), et tous les presens qui vienent as frères dou couvent il les doit prendre, et rendre la ou il vont. Et il se doit prendre garde que les frères soient reoigniés honestement (Règle primitive § 22) ; et se aucuns ne l'fust, il li puet comander, et cil l'a a obéir ; quar après li Maistres et li Mareschaus, li Drapier en est tenus plus que nul des autres frères.
131. Li Drapiers se doit prendre garde que se aucuns frères fait souvercle (33) ou tiegne chose que il ne doie, que il le face laissier, et rendre la ou il doit, quar tuit li frère doivent estre contre celui qui fait ou dit desraisons.
Le Drapier doit avoir dou frère, quant hom le fait (quand on le fait frère), toute la robe fors de vair ou d'escarlate ; et se il done or ou argent ou monoie a la maison, quant il seront jusques a X. besanz, doivent estre de la draparie et le sourplus au Comandeor de la terre.
Et tout aussi come il est dit dou Drapier dou couvent, est dit et entendu del Drapier de la terre de Triple et d'Antyoche, fors de l'aguillier, que il ne doivent pas avoir.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

 
Ici commence les retrais des frères chevaliers comandeors des maisons
132. Les comandeors chevaliers des maisons doivent avoir mi bestes et II escuiers chascun, et a II de lor bestes autel prevende come li Maistres, et as autres II bestes come li covent. Et quant li frères dou couvent tienent II bestes, il en puent tenir IIII ; et quant les frères dou couvent en tienent II, il en puent tenir III. Et ces comandeors puent doner C. besanz au mareschau, et L. besanz au drapier, et XX besanz au sos-mareschau, et X besanz au sos-drapier; et a I frère dou covent puet doner I besanz, ou une cote ou chemise, ou une guarnache (34), ou I cuir de dain (35) ou, ou un bouqueran (36).

133. Les comandeors chevaliers des maisons puent doner li uns a l'autre jusque a C. muis de lor cuisinas, et faire bontés de lor viandes, et puent changier ou doner I de lor somiers a I frère de covent, et li frère dou change doit prendre congié au mareschau, ou metre sa beste en la quarravane. Ne ces comandeors ne doivent faire grans presens, ne grans semonces as gens dou siecle, en leu ou li Maistres ne li Comandeor de la terre soient, se il ne le font par eaus; se n'est a aucun confrere, ou a aucun amis de la maison privéement.

134. Ne ces comandeors ne autres ne puent ataindre (condamner, convaincre) nul frère qui soit en lor baillie, par yaus sols, de paroles que il aient eues entre eaus, par quoi eles viegnent en chapistre; car autant sera creus li frères come li comandeor; mais des comandemens que les comandeors font as frères qui sont en lor comandemens, seront creus, et les puent ataindre par eaus sols a prendre quant que l'on i puet prendre sauf abit.

135. Se le comandeor veaut doner une des bestes de sa corde a I frère de covent, il en doit prendre congié a son comandeor, et la beste dou frère del couvent doi estre mise en la quarravane. Mes se le frère dou covent fait change de beste au comandeor par le congié dou mareschau, la beste dou frère doit remaindre au comandeor. Et se li comandeor a aucuns bons polains, il les puet doner as frères de son conmandement, ou autres chevaucheures se il les a, et puent doner a lor frères caseliers (37) une beste mulace ou de quei il l'achatent, et puent achater des vilains de lor casaus polains et somiers por norir (acheter des bêtes pour nourrir les vilains de leurs château).
Ne ces comandeors ne pueent bastir nule maisons noveles de chaus, ne de mortier, ne de pierres, sans le congié dou Maistre ou dou grant Comandour de la terre. Mes maisons decheoites pueent refaire et repareillier.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Notes Frères chevaliers commandeurs des Maisons
34. Variété de la chape et du balandran, sans manches ni ceinture.
35. Manteau de peau de daim ?
36. Tissu lin et délié, de lin; le byssus du moyen âge (V. Gay, Glossaire archéologique). On voit dans Joinville (éd. Wailly, 451) qu'il pouvait servir de suaire en Orient.
37. Préposés à la garde du casaux, fermes d'exploitation et villages. Voyez plus bas § 181, les Retrais du caselier.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ci comence le retrait dou Comandor des chevaliers
137. Li Comandeors des chevaliers doit estre au comandement dou Comandour de la terre, ou a armes, ou sans armes, la ou li Mareschaus nen est, fors de doner congié as frères de seignier et de baignier et de corre cheval ravine. Et puet doner congié a un frère de covent de gésir une nuit defors ; et puet tenir chapistre, la ou li Mareschaus ne li Comandeor de la terre ne sont.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.
Top
Ici commence les retrais des frères chevaliers et des frères sergens dou covent
138. Les frères chevaliers dou covent chascun doit avoir III bestes et I escuier, et la quarte beste et li segons escuiers, se il ont, est en la discretion do Maistre ; et doivent avoir a lor bestes comunaument pre vende d'orge ; et haubers (38) et chauces de fer (39), et heaume (40) ou chapeau de fer (41), espée (42), escu (43), lance, mace turquese (44), jupeau d'armer, espalieres, soliers d'armer (45), III cotiaus: I d'armes (46) et l'autre de pain taillier (47) et I canivet (48) ; et pueent avoir covertures de chevaus (sous la selle), et II chemises (49), et II braies (50), et II paires de chauces (51) ; et une sainturete petite que il doivent ceindre sur la chemise. Et ensi doivent gésir tuit li frère dou Temple, fors quant il sont malades en l'ospital; et adonc le doivent fere par congié. Et doivent avoir I jupel a girons (52) devant et derrière, et une pelice coverte, et II manteaus blans, l'un a penne et l'autre sans penne ; mais celui a penne doit rendre en esté, et le Drapier si li puet bien laissier por sa mesaise.

139. Et doit avor une chape (53), et une cote (54), et une corrée (courroie, ceinture) de cuir por ceindre; et III dras de lit (55): ce est assavoir, I sac por metre paille, et un lincuel, et une estamine, ou ce que li Drapier li vorra doner; et une carpite, se om lor done, por covrir lor liz, ou lor haubers quant il chevauchent ; mais la quarpite doit estre blanche, ou noire, ou reiée ; et II petis sacs, l'un por metre lor robe de lit, l'autre por lor jupiaus d'armer, et lor espalieres; et I meneor de cuir (sorte de sac) ou I treslis (56) por mener lor haubers ; et, se il a l'un, il nen puet avoir l'autre.

140. Et puet avoir une toalle de mangier, et autre de teste laver ; et une carpite por grebeler (passer au crible) luer orge ; et une chemise por covrir lor chevaus ; et se la carpite a coler, il ne doit avoir point de chemise. Et doit avoir I chauderon por cuisiner et un bacin por mesurer orge; et puet tenir une hache et une raspe par congié ; et se il vait de terre en autre il nen puet point porter a toz jors, fors par le congié dou Maistre. Et puet avoir III paire de besaces, une de frère et II d'escuiers ; et II hanas por boivre, et II flascons (57) ; et une longe, et une cengle a boucle et autre sanz boucle ; et un escueler de cor (58) et I cuillerer (cuiller ?). Et puet avoir I chapeau de bonet et I de fiautre (59) ; et une grebeleure, et I chevillier (60) ; et lor jupeaus d'armer doivent estre tuit blanc.

141. Et les jupeaus d'armer des frères sergens doivent estre tuit noir; et la croiz rouge devant et derrières. Et puent avoir lor manteaus noirs ou bruns ; et puent avoir tout ensi come li frère chevaliers, fors le bernois des bestes que il n'ont pas, et fors la grebeleure et le chauderon. Et puent avoir hauberjon sans manicles (61), et chauces de fer sans avant-piés (62), et I chapeau de fer; et toutes ces choses devant dites puent avoir selonc l'aise de la maison.

142. Et si puent doner l'un frère de couvent a l'autre sans congié une garnache que il aura portée I an, et une cote vieille, et un jupel vieill, et chemise et braies et husiaus (63) ; et une lanterne se il la seit fere, et I cuir de dain, et une chevreline (64). Et se aucun escuier se depart de son seignor, et il a bien fait son terme a la maison, son seignor ne li doit riens prendre de robe que il li ait prestée, fors la garnache d'un an ; et cele de II anz li puet doner se il veaut.

143. Il y a V frères sergens que chascun doit avoir il bestes: ce est le Sous-mareschau, le Gonfanonier, le frère Quec dou couvent, le Ferreor dou couvent (65), le Comandeor de la vote de la mer d'Acre. Et chascun de ces V puet avoir II bestes et I escuier. Ne nul des autres frères sergens ne doit avoir fors une beste (ou un chevaucheur), et l'autre li Maistres lor puet prester et reprendre quant lui plaira ; et se il avenist que aucuns de ces V frères devant només fust mis comandeor en aucune maison, l'autre beste doit avoir le Mareschau.

144. Nule chose que home dou siècle donnast a frère dou couvent por son cors, il ne la doit prendre sans congié, se ne fust aucuns dons ou aucune laisse qui fust donée a la maison en aumosne, et cele puet prendre et doner a la maison.
Nul frère ne puet acorsier (accourcir) ses estrevieres (66) devers les pendans, ne sa ceinture, ne la renge (67) de l'espée, ne son braier (68), sans congié ; et devers la boucle le puet faire sans congié.
Nul frère ne se doit baignier, ne saignier, ne prendre mecine ni aler en vile, ne corre cheval ravine (Voyez § 315), sanz congié ; et la ou il ne puet aler sanz congié, il ne doit envoier son escuier ne sa beste sans congié.

145. Se li frère sont a la table et il manjuent, et le nés seigne a aucun, ou cri de guerre levast (cri ou se lève), ou de feu, ou de melée de chevaus, por eschiver le damaige de la maison, por toutes ices choses pueent lever sans congié, et puis torner a mangier a la table se il veulent.
Quant frères sont herbergiés en dortor, il ne se doit remuer sans congié por gésir en autre ostel ; et quant il sont en herberge et lor tentes sont tendues, il nen doivent remuer d'un leu en autre sans congié ; ne nus ne doit aler en herberge de gens dou siecle ne de religion, sans congié, se il nen fussent herbergié près de l'Ospital (69) corde a corde.

146. Quant la campane sone, ou l'en crie por dire les ores ou por assembler les frères, tuit li frère doivent aler au mostier ; se par destresse de maladie ne fust, ou se il n'eust les mains en la paste, ou le fer buillant en la forge por batre la chaude (70), ou il ne parast le pié dou chevau por ferrer, (ou il ne lavast sa teste) ; et por ces choses davant dites pueent li frère remanoir de none et de vespres. Et quant il ont fait ce que dessus est dit, il doivent aler au mostier por dire les ores ou por oyr, ou aler la ou les autres frères sont alés. Mais des autres ores ne pueent remanoir sans congié, se par maladie ne remaignent.

147. Et quant li frère oyent ensemble la messe ou les ores, ensemble doivent agenoillier, et seir, et estre em piés; quar tout aussi le devise la règle. Mais li viel et li mesaisié se doivent tenir a une part dou moustier, se il ne se puent contenir come les autres frères sains ; et cil qui ne sevent quant les frères se doivent agenoillier, ni estre as ores, le doivent demander a cil qui le sevent et aprendre cornent il le font, et doivent estre derrières les autres.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Notes frères chevaliers et des frères sergens dou covent
38. Cotte de mailles avec coiffe enveloppant la tête et ne laissant que le visage découvert. Pour tout ce qui suit, cf. J. Quicherat, Histoire, du costume en France, 2e éditions, 1877; Demay, Le costunie d'après les sceaux; et surtout Viollet-le-Duc, Dictionnaire du mobilier, tome II et III.
39. Habillement des jambes, d'abord treillissé, puis à mailles comme le haubert.
40. Casque spécial du chevalier au moyen âge, de forme cylindrique et s'emboîtant sur la coiffe du haubert: il couvrait toute la tête et portait par-devant deux bandes de métal en croix, percées de fentes pour les yeux et de trous pour la respiration.
41. Casque léger, ne couvrant que le sommet de la tète, en forme de calotte à bords rabattus, peut-être sans brides (J. Quicherat). Voyez figure dans V. Gay, Glossaire, archéologique.
42. Droite, à deux tranchants, pointe arrondie et ne pouvant par conséquent frapper que de taille.
43. Bouclier triangulaire à deux côtés légèrement courbes, en bois couvert de cuir; encore une arme spéciale au chevalier, qui l'orna des premières armoiries.
44. Tête de fer à côtes saillantes, au bout d'un très long manche.
45. Parties diverses de l'armure, pour les épaules et les pieds (solerets) ; mais le jupon d'armer (sagum militare, Du Cange) est proprement la cotte d'armes, comme nous le verrons plus loin, recouvrant l'armure.
46. Dague longue portée à la ceinture au côté droit.
47. Petit couteau, dit aussi tranchepain. Voyez figure dans Gay, Glossaire, archéologique.
48. Canif très court, à lame droite.
49. Pièce de fil qui avait la forme d'une tunique courte.
50. Caleçon flottant retenu par une ceinture.
51. Tout l'habillement des jambes ; elles étaient semelées ou non.
52. Justaucorps, soit orné et entaillé de dents de scie en forme de girons, c'est-à-dire triangulaires (cf. L. Gautier, La Chevalerie, page 405, n.), soit garni devant et derrière, comme un vrai costume monastique, d'un grand pan unique, coupé en pointe.
53. Grand manteau droit enveloppant tout le corps et rattaché sur la poitrine par une bride ou une agrafe ; il y avait un capuchon.
54. Tunique à manches étroites, portée sur la chemise et courte comme elle d'abord, puis s'allongeant aux XIIe et XIIIe siècles. (Voyez Gay, figures)
55. Toute la literie, les étoffes ou couvertures quelconques qui composent le lit: ici, le matelas, le drap et une première couverture légère de laine ou de coton ; plus, une carpite, une grosse couverture contre le froid.
56. Sac fait de mailles de fer.
57. Le hanap est la large coupe d'honneur, chevaleresque. Le flacon est une bouteille à panse évasée et plate, portée à l'aide de courroies. (Voyez Laborde, Glossaire, du cataloque des émaux du Louvre.)
58. Come (Livre des métiers), ou coeur de chêne. (Voyez Gay, Glossaire, archéologique.)
59. Il y avait chapelier de bonnet ou de coton, et chapelier de feutre (cf. Livre des métiers, XCI, XCII), sans compter les autres.
60. Ce mot ne paraît jamais avoir été relevé dans le sens qu'il a ici, et qui est certainement chevalet. Il aurait pour correspondant une forme cavillerium.
61. Haubert plus léger, cotte de mailles plus fine et souvent sans manicles, qui sont les manches du haubert.
62. Découvertes sur le pied, sans doute pour faciliter la marche à pied. Dans le costume civil, on disait des chausses coupées.
63. Bottes courtes, ou souliers très montants.
64. Manteau de peau de chèvre ?
65. Le forgeron, maréchal ferrant.
66. Les étriers étaient suspendus sous la couverture par des estrivières de cuir ou en chaînettes.
67. Ceinture dans l'anneau de laquelle était passée l'épée.
68. C'est la corde passée en coulisse dans les braies pour les retenir, et nouée ou bouclée à la taille.
69. Près du camp des chevaliers de l'Hospital.
70. « Terme de maréchalerie ; se dit de l'action de faire chauffer le fer et de le forger. » (Littré.)

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Quant le Mareschau prent le confanon por poindre
164. Quant le Mareschau veaut prendre le confanon de la part Dieu, de la main dou Sous-mareschau, li Sousmareschau doit aler au Turcoplier se le Mareschau ne le retent. Et puis le Mareschau doit comander a V ou a VI frères chevaliers, ou jusque a X frères, a garder lui et le confanon ; et ices frères doivent grever lor enimis tout entor le confanon, au plus beau que il porront, et ne s'en doivent despartir ni esloignier, ains se doivent tenir au plus près que il porront dou confanon, que, se il est mestier d'aier, que il li peussent aidier. Et li autre frère pueent poindre avant et arriéres, et a destre et a senestre, et la ou il cuideront grever lor henemis, en tel maniere que, se le confanon a mestier d'aye, que il li puissent aidier, et le confanon a eaus, se mestier lor estoit.

165. Et le Mareschau doit establir le Comandeor des chevaliers a porter I confanon ploié entor sa lance, et cil doit estre I des X (baillis du chapitre). Et celui frère ne se doit esloignier dou Mareschau, ains se doit tenir au plus près que il porra, que, se le confanon dou Mareschau chiet ou dessire, ou aucune mesaventure li avient, dont Dieu ne veulle, que il puisse desploier son confanon ; ou se non, si se doit contenir en tel maniere que les frères se puissent ralier a son confanon se mestier lor soit. Et se li Mareschau estoit si fut ansi blecés ou atornés que il ne peust fornir la pointe, celui qui porte le confanon ploie doit fornir la pointe. Et cil qui sont establis por garder le confanon doivent aler a lui ; ne li Mareschau, ne nul qui confanon porte ploie en la bataille, nen doit ferir ni abaissier por nulle achaison de ferir.

166. Et ceaus noméement qui mainent eschiele de chevaliers ne doivent poindre ne desrengier se par congié ou par acort dou Maistre ne l'feissent, se il i estoit, ou de celui qui en son leu seroit ; se il ne l'covenist faire par force, ou que l'en fust en pas estroit, que l'en ne peust legierement le congié prendre (demander) ; et se il avenist en autre maniere, grant justise en seroit prise, et l'abit ne li porroit remanoir. Et chascun comandeor d'eschiele puet avoir confanon ploie et puet comander jusque a X chevaliers de garder lui et le confanon. Et tout aussi come il est dit dou Mareschau, est dit de toz les comandeors qui mainent eschieles.

167. Et se il avenist que aucun frère ne peust assener a (se diriger vers) son confanon, que il fust aies trop avant par paor de sarrazins qui fussent entre lui et le confanon, ou il ne seust que il fust devenus, il doit venir au premier confanon que il trovera des crestiens. Et se il treuve celui de l'Ospital, il se doit tenir a celui et doit faire avoir a celui qui conduit l'eschiele ou a autre que ne puet venir a son confanon, et iluec doit estre belement et en pais tant que il puisse venir a son confanon. Ne ne se doit remuer de s'eschiele por plaie ne por bleceure sans congié ; et se il est si atains que il ne puisse prendre le congié, il doit envoier aucun frère qui le preigne por lui.

168. Et se il avenist que la crestienté tornast a desconfiture, dont Dieus l'en gart, nul frère ne se doit partir dou champ por torner a guarison, tant come il y eust confanon baussant en estant debout ; quar se il s'en partoit, il en perdroit la maison a toz jors mais. Et se il veoit qu'i n'i eust mès nul recourrer, il doit venir au premier confanon de l'Ospital ou des crestiens se il en y a ; et quant celui ou les autres confanons toneront a desconfiture, dès ici en avant puet aler le frere a garison, la ou Dieu le conseillera.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

1 - Il est chef des « turcoples ou turcopoles », (combattants d'origine locale, guerroyant à la « Turc » (à cheval avec leur arc).
2 - Le turcoplier bénéficie d'un équipage de quatre chevaux et, en cas d'engagement, ne reçoit d'ordre que du Maître ou du Sénéchal.

 

Ici commence les retrais dou Turcoplier
169. Le frère Turcoplier (79) doit avoir III bestes, et au leu d'une mule puet avoir un turqueman ; et doit avoir une grebeleure et prevende come li couvent ; et la prevende, et la grebeleure, et le chauderon doivent porter li somier. Et se il est en ostel ou en herberge, et cri lieve, il ne doit issir sans congié ; mais le Mareschau le doit assener une fois de ce que il devra faire. Et il s'en doit issir en aucun leu, et d'iqui doit envoier, cele part ou le cri est, un turcople ou II por veoir que ce est ; et puis il le doit faire assavoir au Mareschau ou a celui qui sera en son leu, que il puisse mander et comander son comandement.

170. Et quant le Turcoplier vait a correors (avec des coureurs des éclaireurs) et l'en li baille V ou VI ou VIII chevaliers, de X en aval, il sont au comandement dou Turcoplier ; et se il en y a X et il y a comandeor des chevaliers et confanon baussant, le Turcoplier sera a son comandement. Et quant les eschieles dou covent sont ordenées, le Turcoplier doit tenir sa gent en eschiele et estre aussi come li autre, et se doit contenir en tele maniere, dou confanon porter, come il est dessus devisé (dit) dou Mareschau. Ne il ne doit poindre ne hardier (attaquer, charger, harceler), se ensi non come le Maistre ou le Mareschau le comandera.

171. Tuit li frère sergant, quant il sont as armes, sont au comandement dou Turcoplier, et sans armes n'i sont pas ; mais li turcople i sont, ou as armes, ou sans armes.
Li Sous-maresehau, le Confanonier, le frère sergant dou Maistre, celui dou Mareschau et celui dou Comandour de la terre, se il ne sont en l'eschiele dou Turcoplier, ne sont mie en son comandement.

172. Les frères sergens qui sont armés de fer se doivent contenir as armes si come il est devisé des frères chevaliers ; et les autres frères sergens qui armé ne sont, se il le font bien, bon gré en ayent-il de Dieu et des frères. Et se il voient que il ne puissent soufrir ou que il soient bleciés, il se puent traire arrière sans congié se il veulent, et sans damaige que il en ayent de la maison.
Se l'en met frères por garder les sergens d'armes, il ne se doivent départir por poindre, ne por autre chose, sans congié ; mais se le Mareschau ou les frères poignent, il doivent mener les sergens serrés et rengiés après, au plus beau que il porront, que, se les frères auront mestier d'aye, que les sergens les puissent rescorre (aider).
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Notes Turcoplier
79. On peut consulter, sur le caractère et les fonctions de cet officier, les Memorie « storiche su la dignita e le preminenze del Turcopiliere..... » descritte dal commre Fr. Vinc.
Castelli dei principi di Torremuzza, 1784. Volume Manuscrit. in-folio confié aux Archives nationales sous la cote MM. 27. Ce travail a été imprimé (Nuova raccolla d'opuscoli di Aut. sicii., 1.1, per. in-4° ). Il ne s'agit dans cet ouvrage que de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem, mais la dignité de turcoplier est un emprunt fait par les Hospitaliers à l'ordre du Temple; on ne trouve, en effet, guère d'officier de ce nom dépendant de l'Hôpital avant la seconde moitié du XIIIe siècle ; la plus ancienne date citée par M. Delaville le Roulx (les Archives de l'Ordre de Saint-Jean à Malte, 1883) à cette occasion est 1248.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ici commence les retrais dou Sous-maresehau
173. Li Sousmaresehau doit avor II bestes et une grebeleure et prevende come le couvent ; et les soumiers li doivent porter la grebeleure. Et il doit livrer as frères le menu hernois et faire chargier et raparellier se il puet et se il l'a, et puet doner selles vielles, et loutres, et bociaus (petits tonneaux, barils), et puiseors (puisoirs), lances, espées, chapiaus de fer, armes turquoises vieilles et arbalestres, qui escharront a la mareschaucie, et penniaus (coussinets à rembourrer la selle) nues ; et tout autre menu hernois de ci en avant puet doner et livrer la ou le Mareschau est et nen est, se n'est aucune chose ou le Mareschau meist desfence. Et de l'autre gros hernois li Sous-mareschaus nen a riens a doner, se ensinc non come le Mareschau comandera.

174. Et se frère vait outre mer, ou il trespasse de cest siècle, et le Mareschau veulle doner entérinement le hernois ou faire garder de tant come il voudra, il le doit mander et comander au Sous-maresehau, et il le doit faire ; ni, avant que le Mareschau l'ait veu, nen puet riens doner li Sous-maresehau. Et se li Mareschau ne li mande, puis que il l'aura veu ne n'i met desfence, il puet doner ce que a lui en affiert.

175. Tous les frères des mestiers de la marchaucie sont en son comandement, et a lui doivent respondre de lor labor, ou a celui qui sera en son leu, et il lor doit porchacier (procurer) et faire avoir toutes les choses qui a lor labor affiert. Et il les puet envoier au servise de la maison et doner congié de aler desduire (se réjouir, festoyer) de maison en autre as jors de feste. Et la ou le Mareschau n'est, le Confanonier est en son comandement si come il est dessus devisé. Et se il y eust escuier sans seignor, et le Sous-mareschau le demande por metre en la quarravane des chevaus, ou se il le prie d'aucun escuier de carravane doner a un frère, il li doit faire ; et li doit le Confanonier baillier tant d'escuiers come il en demandera, se il les a, por metre en la caravane, et li en doit obéir. Et li Sous-maresehau, se il eust trop d'escuiers en sa carravane, et le Confanonier en eust mestier, il les li doit baillier, sauve la garnison de la quaravane.

176. Et en tous les leus ou le Confanonier n'est, le Sous-maresehau puet prendre la justise des escuiers se il veaut et il le forfont (et s'ils se rendent coupables d'une faute envers lui) ; et puet prendre les escuiers de carravane et doner as frères que il verra que mestier en auront, et metre des escuiers de caravane en la caravane des bestes. Et se le Confanonier assemble chapistre d'escuiers, et le Sous-mareschau y veulle venir, il puet tenir le chapistre, et puet prendre justise des escuiers se il le veaut. Et trestous les escuiers que l'en a prestes as frères de mestiers ou as frères qui n'ont que une beste, doivent aler au Confanonier quant l'en criera que les escuiers de caravane y voisent.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

 
Le gonfanonier
1 - Il est chargé du Gonfanon ou étendard de l'Ordre, dans le camp ou en campagne.

2 - Il ne reçoit d'ordre que du Maître au du Sénéchal.

 

Ici commence les retrais dou Confanonier
177. Li Confanonier doit avoir II bestes et une grebeleure et prevende come le couvent, et les somiers li doivent porter la grebeleure ; et tous les escuiers de la maison sont en son comandement en tous les leus ou il est, et les doit retenir et prendre leurs fiances, et leur doit les establissemens de la maison retraire, et les choses por quoi il puent perdre la maison et estre mis en fers et frustés (fustigés) ; et faire paier quant il ont fait lor terme. Et puet faire tenir chapistre et assembler quant il plaira et mestier sera, et prendra la justise de ceaus qui l'auront forfait, en la maniere qu'il est establi a la mason ; et si lor doit faire doner orge, paille, solliers. Li grenetiers e la gaite (sentinelle, éclaireur) sont a son conmandement, e deit avoir chascuns d'eaus I beste.

178. Et se li frère sont ensemble, et il envoient lor bestes et lor escuiers au sommaige de la maison, ou a l'erbe, ou a autre part comunaument, le Confanonier les doit mener et remener en route, un confanon baussant au chief de la route. Et en tous les leus ou les escuiers et les frères manjuent au covent, le Confanonier doit garder les tables ; et les frères sont en herberge, et li escuier prennent livroison, il ne s'en doit entremetre se il ne veaut.

179. Quant le couvent chevauche en route, le Confanonier doit aler devant le confanon et le doit faire porter a un escuier, ou a la gaite, et doit mener la route en tel maniere come le Mareschau (li maistre) comandera. Et quant il est guerre, et les frère vont en eschieles, un turcople doit porter le confanon, et le Confanonier doit faire aler les escuiers en eschiele. Et se le Mareschau et les frères poignent, les escuiers qui mènent les chavaus en destre doivent poindre après lor seignor, et les autres doivent prendre les mules ou lor seignor chevauchent, et doivent remaindre o le Confanonier. Et il doit avoir I confanon ploie en sa lance ; et quant le Mareschau poindra il doit faire metre les escuiers en eschieles, et desploier son confanon ; et doit aler après ceaus qui poignent, au plus beau et au plus tost et au plus ordenéement que il porra, le pas ou l'embleure, ou au meaus qu'i li semblera.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ici commence les retrais des Freres sergens comandeors des Maisons
180. Les frères sergens comandeors des maisons doivent avoir une beste et autale prevende come le covent ; et puet doner a I frère IIII deniers ; et puent avoir un de lor sergens por escuier. Et se le Confanonier li baille I escuier quant il li plaira, il le puet prendre.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ici commence les retrais des Freres Kasaliers
181. Les frères kasaliers doivent avoir II bestes et I escuier et autel prevende d'orge come li Maistres ; et puent doner a I frère IIII deniers ; et puent tenir une esventriere (ventrièrere) as bestes que il chevaucheront.

Les Kasaliers, Ce sont les officiers commis à la garde des casaux, ou fermes de l'Ordre. On trouve ce titre une fois pour les Hospitaliers, en 1273, dans Pauli (Cod. diplomatico), casalarius. (Delaville le Roulx, Arch, de Malte, page 215.)
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

182. Le Maistre et tous les autres frères fors et sains doivent mangier a la table dou covent et oyr la beneisson ; et chascun doit dire une pater noster ançois que il trenche son pain ne que il manjue. Et quant il aura mangié, si doit rendre graces a Dieu de ce que il aura doné ; et ne doit parler devant ce que il ait rendues graces au mostier se il est près, et se il n'est près, au jeu meisme.

183. Li Maistres ne nul autre frère ne doit avoir a la table dou couvent fioles de vin ne d'aigue, ne soffrir que frère les i porte. Et se home dou siècle trametoit present de vin ou de viande, le Maistre sans plus puet le present envoier en l'enfermerie ou la ou il li plaira, fors a la table dou covent. Et tous les autres frères, se riens lor est présentés, il le doivent envoier au Maistre se il est a la table dou couvent, et se il n'est a la table, as frères de l'enfermerie. Et se le Maistre manjue a autre table ou a la table d'enfermerie, quant il ne manjue au covent, le present li doit estre envoie.

184. Se tant est chose que l'on done buef a la table dou couvent, et mouton, ceaus qui ne manjuent buef, le Comandeor de la maison les doit metre a une part de la table dou couvent, fors le Maistre et le frère chapelain. Chascun frère puet demander se il veaut de la viande des sergens.
Se l'en aporte as frères char crue ou soursemée ou qui flaire, il la puet rendre et l'en li doit changier se l'en en est aisiés.

185. Maintes fois done l'en en covent a tous les frères de II chars, por ce que cil qui ne manjue de l'une manjue de l'autre, ensi come a noel et a pasques, et as II karesmes pernans ; et de III chars, quant les maisons en sont aisées, et les comandeors le veulent. Et les escueles doivent estre coumunaus si come est dit en l'escrit dou comandeor des viandes.
Sic: Les Templiers observaient deux carêmes par an (cf. §§ 76, 351), avant Pâques et avant Noël. Les deux carêmes prenants étaient: le mardi gras et le dimanche avant la Saint-Martin (11 novembre).

186. Au jor que il ne manjuent de char doivent avoir de II cuisinas ; mes se l'on done eus, ou formage, ou poisson, il ne doivent avoir que d'un cuisinat, se les comandeors ne leur veulent faire bonté. Mais as deus karesmes lor doit doner de dos mès ou de III, que celui qui ne voudra de l'un ait de l'autre. Et quant se vient au dimenche ou au mardi ou au jeusdi, il est usée chose que l'en lor done poisson frès ou salé, ou autre companaige (Tout ce qu'on mange avec du pain: companaticum). Mais se il ont poisson le lundi, ou le mecredi, ou le vendredi, ou le samadi, le Comandeor de la maison lor pue bien tolir I des cuisinas se il veaut, se il lor done le poisson de sa borse « E sergent escuiers qui geunent chacun jor deivent aver de II cosinaz e chacuns sa mesure de vin. »

187. Usée chose est que au vendredi l'en lor done d'un cuisinat, et puis après herbes ou autre companaige ; et chascun frère puet demander ce que l'en manjue a la table dou covent, et que l'en done as autres frères. Mais belement doit parler chascun frère et tenir silence, et escoter le clerc qui list la leçon. Et chascun puet doner de sa viande a ceaus qui sont entor lui, tant come il puet estendre le bras sans plus.

188. Le Maistre puet doner de sa viande as frères qui manjuent a terre et font lor penitance. Et por ce doit l'en metre en l'escuele dou Maistre tant de viande come a mi frères, ou de char, ou de poisson, ou d'autre companaige ; ne le Maistre ne autre ne doit avoir autre viande, ne boivre ne mangier, fors ce que l'en done comunaument as frères dou couvent. Ne nul frère ne doit avoir place qui soit soe, a table de couvent, fors le Maistre et le frère Chapelain qui manjue près de lui. A toz les leus ou le maistre est deivent mangier III povres, e quatre a chascune maison chevetaine e en chastiaus, por Dieu e por les frères, viande des frères. Quant la campane sone, li frère Chapelain e li povre e tuit li frère chevalier se puent seoir, e li frère sergent deivent atendre tant que la petite campane sone, e puis se deivent seoir ; deivent emplir la table dedenz et puis defors. Henas, escueles, et toailles doivent estre comunaus, fors le Maistre et les frères chapelains a cui l'en l'a soufert dou henap.

189. Quant le couvent a de III mès de char, ou d'autre viande, la maisnée doit avoir de II. Mais li turcople et tuit cil qui manjuent a lor table doivent avoir de ce que l'en manjue au couvent. Et les povres que l'en fait mangier a la maison ou il sont establis, doivent avoir autant de viandes et autreteles come les frères dou couvent.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ici commence les retrais dou Frere Enfermier
190. Le frère enfermier doit avoir tant de discretion que il doit demander as frères mesaisiés, qui ne pueent mangier, e nen osent, de la comunal viande de l'enfermerie, l'enfermier lor doit demander de quele viande il porront mangier, et il le doivent dire puis qu'il lor demande ; et il lor doit faire apareillier et doner tant que il puissent mangier de la comunal viande de l'enfermerie. Et noméement as frères foibles et mesaisiés et relevés de maladie doit si come il est dit dessus. Et a ceaus qui sont malades de quartaine (fièvre quarte) puet doner char tous les jors de la semaine fors le vendredi, et tout ensement le karesme Saint-Martin jusques as avens, et as avens III jors la semaine.

191. Tuit li frère mesaisiés et li vieil qui ne puent soufrir la viande dou couvent doivent mangier a la table de l'enfermerie ; et li frère sains, quant il sont seigniés, il doivent mangier III fois sans plus. Et se le frère seignié, ou li viel, ou cil qui ont la quartane demandent de la viande dou couvent, l'en lor en doit doner. Mes as autres frères qui manjuent por lor niesaise, ne lor doit l'en riens doner, se n'estoit (si ne fust) por assaier s'il porroient soufrir le couvent ; et por ce lor en puet l'on doner une fois ou deus. Et se il la puet soffrir, si doit aler mangier au couvent.

192. Lentilles, ne fèves a l'eschorche, ne chos s'il n'estoient floris, ne char de buef, ne truie, ne chievre, ni bouc, ne chastron (mouton ou veau), ne anguiles, ne doit l'en doner a table d'enfermerie, fors quant le covent en manjue, et a ceaus que nos avons dit dessus, et quant aucun frère manjue en semonce par celui qui semondre le puet. Formaige ne puet l'on doner por mes en l'enfermerie.

193. Quant le Maistre veaut mangier a la table de l'enfermerie, il doit mander a l'enfermier que il li face atorner viandes. Et a la table qui plus près sera de l'enfermerie doit l'en faire, metre une toaille, et vin, et aigue en fioles, et coupe de verre ; et puis le frère enfermier doit faire tant atorner de viandes, que trestous les autres frères soient amendés por li.
Nul frère qui manjue a la table de l'enfermerie ne puet avoir fioles de verre, ne coupes, se ne fust por ucun gentili home ou por aucun grant ami de la maison.

194. Tuit li frère qui ne puent oyr les ores ne aler au mostier por lor mesaise doivent aler en l'enfernierie gésir. Mais bone chose est que il soient avant confès et comeniés, et que il prient le Chapelain de l'enoliement (L'administration de l'extrênie-onction) se mestier est. Mais le Maistre sans plus puet gésir en sa chambre quant il est malades. Et chascun frère quant il est malades puet III fois mangier en son lit, se il veaut: c'est assavoir le jor qu'il ne puet aler au mostier por sa maladie, l'endemain jusques a vespres, que il doit entrer en l'enfermerie se il n'est amendés. Mais as frères qui seront malades de menoison (Dysenterie), ou de laide naffre (Blessure), ou de geter par la goule, ou de frénésie, ou d'autre laide maladie que les autres frères ne puissent soffrir, a ceaus doit l'en baillier une chambre au plus près que l'en porra de l'enfermerie, tant il soit bien amendés et que les autres frères le puissent soufrir.

195. Le frère enfermier doit faire tant aparellier des viandes as frères qui gissent en l'enfermerie et ce que chascun demandera, se il le puet trover en la maison ou a vendre en la vile, et sirop se il demandent. Et si lor puet doner congié de seignier et de rere lor testes l'enfermier. Mais de rere lor barbes, ou de trenchier plaies mortels, ou de prendre médecine, est le congié a prendre dou Maistre ou de celui qui tient son leu.

196. Le Comandeor de la maison doi trover au frère enfermier ce que mestier li sera a la table de enfermerie, et a l'enfermerie la ou li frères gisent malades (a l'enfermerie des frères) ; et doi metre a son comandement la bouteilrie, et la grant cuisine, et le four, et la porcherie, et la galinerie, et le jardin. Et se le Comandeor ne veaut ce faire, il doit doner au frère enfermier tant de monoie que il puisse (a table de l'enfermerie et en l'enfermerie des frères) en l'enfermerie faire avoir ce que mestier y sera.
Le Comandeor de la terre doit faire avoir as frères ce que mestier lor sera, et ce dont il achèteront les mecines que mestier lor auront.

197. Quant les frères issent de l'enfermerie, il doivent aler au mostier tout premièrement por oyr la messe et le servise de Jhesu Crist, et après puent mangier III fois en l'enfermerie, et puis en pueent issir, se i sont guaris en tele maniere (s'i sont tan gueri) que il puissent aler au mostier oyr toutes les ores. Et puis doivent mangier a la table d'enfermerie tant que il puissent seurement mangier de la viande dou couvent.
Le Comandeor de la terre, ou le Maistre, doivent trover le miege fesicien (miege ou fesicien = médecin) as frères malades por eaus visiter et por doner conseill de lor maladies.
Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Ici finit le manuscrit de Dijon. Tout le reste de la Règle se trouve uniquement dans les manuscrits de Rome et de Paris.
Viennent ensuite
Les frères chapelains
Les écuyers
Les Clercs
Les Palefreniers
Les Ecrivains traducteurs
Le maréchal-ferrant
Les cuisiniers
Les Non-combattants
Les Routiers
Les Producteurs
Les Novices

L'indépendance religieuse


Milice du Temple visitée 361665 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.