Symbolique du Temple   La symbolique Templière   Symbolique du Temple

Abraxas, Abacus, Beaucent, Gonfanon, Bouclier, épée, Chiffres, nombres, couleurs, croix

Le Grand Maître et l'Abacus


L'Abascus

L'Abascus

L'abacus du maître

Le maître du Temple possédait un emblème particulier, à la fois bâton de commandement spirituel et temporel, proche de la crosse pastorale de l'évêque, l'abacus. Son étymologie est incertaine. Certains auteurs lui donnent comme origine le terme grec abax, tablette, désignant un objet assurant le lien entre deux éléments d'un même ensemble; d'autres le disent issu du verbe latin abactio, action de chasser, d'éloigner. Dans ce dernier cas, l'abacus serait un objet à valeur nettement magique et propitiatoire.
La Règle prescrit que, devant ce symbole, tous les Templiers doivent se tenir à trois pas et s'incliner, et qu'ils ne doivent jamais le toucher. Son origine, que des auteurs peu sérieux avancent être pythagoricienne, est en fait indo-européenne et païenne. Il s'apparente au sceptre, bâton ou canne que les rois, prêtres, juges et chefs militaires de l'Antiquité portaient comme symbole de leur autorité et de leur puissance.

Maître et L'Abascus

Le Maître et L'Abascus

Sources: Extrait du livre de Bernard Marillier: Essai sur la Symbolique Templière. Editions Prades

 

Ci comencent les retrais et les establissemens de la maison dou Temple.
[Retrais dou Maistre]


77. Li Maistre doit avoir III bestes, et I frère hapelain, et I clerc a (avec) trois bestes, et un frère rergent a II bestes, et I vahlet gentil home por porter son escu et sa lance, a une beste ; et quant il l'aura servi une piece, li Maistres le porra faire frère chevalier, se a lui plaist ; mes que il ne l'face trop sovent. Et si doit avoir un fereeor et un escrivain sarrazinois (servant d'interprète), et un turcople (2) et un cuecq (cuisinier - Queus), et puet avoir II garsons a pié et I turqueman (3) qui doit estre gardés en la quaravane. Et quant li Maistres chevauchera de terre en autre, le turqueman doit estre menés en destre par un escuier et par une beste de la quaravane ; et quant li Maistres retornera, si doit estre mis en la quaravane, et par guerre le puet tenir (4) a sa corde.

78. Et quant li Maistres chevauche de terre (5) en autre, si puet mener II sommiers. Et quant il est en herberge ou a l'erbage, si les puet tenir a sa corde. Et quant il chevauche de terre en autre, ou que il est guerre, si puet mener IIII sommiers ; ou se il passe le flum Jordain ou le pas dou chien (6). Et quant il retorne a la maison ou il doit sejorner, li somiers doivent retorner en la somelerie et faire le servise de la maison.

79. Li Maistres doit avoir II frères chevaliers a compaignons, qui doivent estre ensi prodomes que il ne doivent estre jetés de nul consel ou il ait V frères ou VI, et doivent avoir autel (Tel) mesure d'orge corne li Maistres. Et quant les frères dou covent prenent la mesure por XII bestes, les bestes dou Maistre prennent a X. Et quant il est guerre, et les frères chevauchent, la prevende doit estre comunal, et nen doit croistre ne amermer (diminuer), fors par chapistre. Et tout ensement est de l'uile et dou vin. Mais li Maistre puet amenuisier (diminuer) de l'orge tant come dure l'erbage. Mes quant l'erbe faut, la prevende doit estre ensi come ele estoit devant.

80. Se Dieus fait son comandament de nul (d'aucun) des compaignons dou Maistre, il puet prendre a son eus (son besoin, son profit) de son hernois ce que li plaira. Et l'autre partie doit retorner au Mareschau en la quarravane.

81. Li Maistre ne doit tenir clef ne serreure dou trésor. Mes il puet avoir en trésor une huche o toute la serreure por tenir (garder) ses joiaus; et se avoirs est présenté au Maistre, il doit estre mis en la recete.

83. Li Maistre puet prester des avoirs de la maison de ci (juste) a M. besanz par une partie des prodomes de la maison ; et se li Maistres veaut grant avoir prester, il le doit faire par une grant partie des prodomes de la maison. Et li Maistres puet doner C besanz ou I cheval a un prodome ami de la maison, et si puet presenter une coupe d'or ou d'argent, ou robe de ver (Vair, fourrure d'écureil du nord), ou autres beaus joiaus, de C besanz en jus (aval) por le profit de la maison ; et li Maistres le doit faire par le conseil de ses compaignons et des prodeshomes de la maison ou il sera ; et ce doit estre fait por le profit de la maison. Et puet doner toutes armeures, fors espée, ne fer de lance, ne coteau d'armes: ce ne puet-on doner.

83. Quant avoirs vient d'outre mer, il doit estre mis au trésor par comandement dou Comandour dou royaume de Jherusalem, et il ne doit riens prendre ne remuer tant que li Maistres l'ait veu et fait son comandament.

84. Quant bestes viennent d'outre mer, eles doivent estre mises en la quaravane dou Mareschau, et li Mareschaus nen doit nule doner ne remuer devant que li Maistres les ait veues ; et si li Maistres en veaut nule prendre a son cors, il le puet bien faire ; et si puet I cheval ou II faire garder en la quaravane por doner as prodomes dou siècle amis de la maison. Et se chavaus sont présentés a son cors, il les puet doner a quel frère qu'il voudra. — Et li Maistres puet demander et prendre le quelque chevau que il voudra, d'un des frères, por doner a un riche home dou siècle, por acroissement de la maison, ou por chevauchier a son cors, et au frère en doit estre bel. Et li Maistres, por ce que li frères a bien gardé le cheval, li puet doner C besanz se il veaut, dont li frères puisse acheter I chevau ; ou se non, li Maistres doit proier le Mareschau qu'il doint au frère tel cheval dont il se teigne apaiés; et li Mareschaus li doit faire, se il en a, son comandement.

85. Li Maistres ne puet doner terre, ni aliéner, ne prendre castel en marche, se non par chapistre, n'il ne doit relaichier ni alargir nul comandement qui soit fait par lui, ne par le covent, si ne fust (se n'estoit) par lui et par le covent. Ne ne doit comencer guerre ne faire trives en terre ni en castel de quoi la maison ait la seignorie sans le couvent ; mes se tant est chose que les trives no soient brisées, li Maistres les puet bien aloignier (alongier) par le conseil des frères qui sont en celui païs.

86. Quant li Maistres vient de chevauchier, il puet bien mangier en sa chambre, o quant il est saigniés, ou quant il a semons (invité) chevaliers ou autres gens dou siecle. Et quant il est dehaitiés, si puet gésir en sa chambre, et ses compagnons doivent mangier el palais o les autres frères ; et quant il est guaris, il doit mangier a une des tables de l'enfermerie, et meaus en doit estre a tous les frères de l'enfermerie por amor de lui.

87. Li maistres ne puet metre comandeors es chiés des royaumes, se par chapistre ne les i met, come le Seneschau, le Mareschau, le Comandeor dou royaume de Jherusalem, le Comandour de la cité de Jherusalem, le Comandeour d'Acre, le Drapier, le Comandour de la terre de Triple (Tripoli) et d'Anthioche, celui de France et d'Engleterre (7), de Peito (Poitou), d'Aragon, de Portegal, de Puille, de Hongrie. Et les només comandeors des parties d'Occident ne doivent venir en la terre d'Orient, se par comandement dou Maistre et par chapistre ne viennent. Et des autres comandeors des terres et des autres baillis por la povreté des terres, est en la discrecion dou Maistre a metre par capistre, ou sans chapistre par le conseil d'une partie des prodomes de la maison ; et se il ne les met par chapistre, il les puet oster sans chapistre par le conseil d'une partie des prodeshomes de la maison.

88. Et se viseteors ou comandeors fait par chapitre general est rapelés par le Maistre et par le covent, et il demore por quelque achoison (Occation, motif) que ce soit, il est relechés, et doit mander au Maistre et au couvent la boule (8) et la borse (9) ; et d'enqui en avant le viseteor ne se doit entremetre de la visitacion, ne le comandeor de la billie ; ne les frères ne lor doivent estre obéissant, mès doivent metre I frère preudome en leu de comandor, et faire a savoir au Maistre et au couvent, et atendre lor comandement. Et ensi doit estre entendu des baillis qui se font par conseil dou Maistre.

89. Quant li Maistres veaut aler en la terre de Triple ou de Antioche, il puet prendre dou trésor III M besanz (10) plus, se mestier est, por aidier as maisons de la. Mais il ne les doit mie prendre sans le Comandour dou royaume de Jherusalem qui est trésorier dou covent, qui doit tenir et garder les clés dou trésor ; et il doit au Maistre baillier les besanz. Mes se tant avenist (est chose) que les maisons s'en peussent souffrir, li Maistres doit torner arriéres les besans au Comandeor ; et li Comandeor les doit metre au trésor.

90. Quant li Maistres chevauche d'une terre a autre, il cerchera et regardera les chastiaus et les maisons ; se il veaut, il fera l'une maison aidier a l'autre se mestiers est. Et se il veaut nule chose prendre des comandeors, des choses qui sont en lor comandemens, par eaus en doit prendre ce que il en prendra ; et ensi doit estre des baillis dou greignor jusques au menour.

91. Se li Maistres ou les comandeors demandent as comandeors qui sont dessous yaus que il lor monstrent les choses de la maison, (et) il les doivent mostrer trestoutes ; et se nul en mentoit ou retenoit aucune chose, et il en estoit ataint (accusé, convaincu, condamné), il en porroit perdre la maison. Et se avoirs est (fust) donés a la maison, et li Maistres le ressoit, il le doit rendre en la main dou Comandour dou royaume de Jerusalem, et il le doit metre au trésor comun.

92. Quant li Maistres s'en part dou royaume de Jerusalem, il puet le Comandeor de la terre de Jerusalem ou un autre frère laissier en son leu, et a celui qui remaint en son leu ne croist pooirs, fors de conseillièr aucune chose qui soit avenue en la terre et que li Maistre n'i puisse venir, et de chapistre tenir, et as armes: quar tuit sont en son comandement.
Li Maistres ne doit envoier nul frère en son leu en la terre de Triple ne d'Antyoche, sus les comandeors qui i sont, se n'estoit por aucune chose qui fust sourse en la terre, por conseillier, ou por veoir les garnisons des chastiaus ; et de ces choses li doivent obéir.
Se li Maistre veut envoier un des prodomes de la maison outre mer en son leu por les besoignes de la mason, par chapistre le doit faire et envoier, et puet jeter hors (11) tous les baillis sans relaischier fors que le Seneschau.

93. Quant nos tenons chapistre general, se li Maistres veaut envoier frères outre mer por lor maladies, ou por les besoignes de la maison, il doit apeler le Mareschau, et le Comandor de la terre, et le Drapier, et le Comandor d'Acre, et III ou IIII des prodeshomes de la maison, et lor doit dire: « Alés veir les frères, quels seront profitables por envoier en les parties d'outre mer: » et il doivent aler en l'enfermerie veir les frères, et veir ciaus qui sont dehors (12), et ces qui (13) plus lor sembleront raisnables de mander outre mer se (Si, ou ainsi) doivent faire metre en escrit, et puis retorner devant le Maistre et mostrer l'escrit ; et se il y a aucune chose a amender, por lor conseil doit estre emendés.

94. Se aucuns joiaus est présentés a la maison dou Temple en aumosne, li Maistres li puet prendre et doner la ou il voudra, ou metre en sa huche aveuc ses joiaus.
Le vin de la complie est en la volenté (discrétion) dou Maistre, ou de l'tolir, ou d'en doner (14) ; et la quarte beste, et li segons escuiers des frères chevaliers, et la segonde bestes des frères sergans, qui ne les ont per chapistre, sont en la discretion dou Maistre.
Tous les jors que li Maistres est en la mason dou Temple, V povres doivent mangier por lui en la maison autel viande come li frère mangeront.

95. Trestous les frères qui sont mis en penitance par devant le Maistre, nus ne s'puet lever de la terre, se par lui ne sont levés; et les mestiers (15) et les jeunes li puent les frères pardoner, fors le lever de la terre et le vendredi (16).
Nul ne puet doner congié de seignier, ne de corre chevau, de baigner, ne de bouhorder (17) en leu ou li Maistres soit, se par le Maistres ne le done.
Quant le Maistre chevauche, et aucuns frères s'encontre aveuc lui 'à l'encontre), ou il se met en sa route (son escorte, sa troupe), il ne se doit partir de lui, se par son congié ne s'en part.
Quant li Maistres manjue a la table de covent, il puet presenter de s'escuele a qui que il voudra (a qui il le velt), et ce ne puet nul frère faire, fors le Maistre.

96. Quant vient après pasques por les grans despences que les maisons font as moissons, et li comandeor dient au Maistre que il n'ont pas char assés, li Maistres le puet mostrer as frères et doit demander lor avis ; et se li frère s'acordent de perdre la char le mardi, si s'en sueffrent. Mais quant li blé seront seés, il la doivent recovrer (18).
Toutes les choses que li Maistre fait par le consel dou covent, doit comunaument a frères demander lor avis, et faire ce a qui le plus des frères s'acordera, e li Maistres (19).
Se aucuns lions dou siècle, ou aucun frère dou Temple, deçà mer ou delà mer, envoie aucun present a frère dou Temple ; et Dieus a fait son comandament dou frère a cui le present vait, le present doit aler en la main dou Maistre.

97. Li Maistres ne doit faire frères sans chapistre, mais se il vait en leu ou il ne puisse trover chapistre, et il fust por Dieu proies d'aucun prodome que il le feist frère, par ce que il fust tant malades que om ne cuidast que il peust estordre (20), adonc par le consel des frères qui la seront, le puet faire frère se il voit que il puisse estre frère droiturierement ; et si Dieus li done santé, au plus tost que il sera a nostre maison, doit faire sa prophecion devant tous les frères, et aprendre ce que frère doit faire.
Trestoute la robe que li Maistres laisse de son vestir ne de son gésir doit estre donné as meseus (Lépreux) por Dieu, ou la que il verra que ele soit meaus (bien) emploiée. Et se le Maistre done de ses robes que il aura portées a nul (aucun) frère, il doit faire doner i autre por Dieu, en leu de cele, ou as meseaus, ou la que il verra qu'ele soit bien emploiée.

98. Le jeusdi asolu (21), la ou li Maistres est, il doit laver les piés a XIII povres, et doit doner a chascun des povres chemises et braies et II pains et II diniers et uns soliers. Et se il est oit en leu que il ne le peust avoir, en la premiere maison dou Temple ou il venra que il le puisse avoir, les doit doner por Dieu.
Quant ce avient (que) au tens de guerre, que les frères sont as armes as chans, li Maistres puet prendre VI ou VIII ou jusques a X frères chevaliers por estre en sa compaignie.
Trestous les frères dou Temple doivent estre obedient au Maistre, et li Maistres si doit estre obedient a son covent.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

 

Notes
2. Soldat des troupes légères auxiliaires dont le chef était dit turcoplier ; il y en avait aussi dans l'ordre de l'Hôpital. Voyez chapitre 69 retrais du Turcoplier.
3 Un chaval turcoman, race d'élite en Orient, réservée pour les fatigues de la guerre, et de grande valeur.
4. D. ajoute li mestres. 5. P. corrige chevauche de leuc.
6. Le Pas du Chien n'est autre que le fameux défilé de Beirout où s'arrêtèrent tous les peuples de l'Orient et de l'Europe, Assyriens, Égyptiens, Grecs, Romains, Arabes, Croisés et Français. A l'extrémité nord de la baie de Saint-George, la route de Syrie, qui passe à Beirout, se trouve arrêtée devant une masse de rochers et de ravins qui forme une sorte de promontoire. Antonin le Pieux y fit pratiquer une route qui subsiste encore aujourd'hui et qui dut demander des travaux considérables malgré son étroitesse. Le défilé a de plus un intérêt archéologique à cause d'une série de cadres et de bas-reliefs, stèles égyptiennes et assyriennes, que l'on trouve sur les rochers, et qui ont beaucoup exercé la sagacité des savants modernes. On remarque aussi une inscription latine et quelques débris de monuments. — Le nom de Chien, donné ici au défilé (nous n'avons trouvé nulle part d'autre exemple de ce nom), vient d'une rivière voisine, le Nahr-el-Kelb, l'ancien Lycus, dit aussi rivière du Chien, qui traverse le Kesroan en descendant du Liban, arrose quelques villes importantes du pays, et se jette torrentueusement dans la mer, au nord du petit promontoire (le Ras-el-Kelb). Les Phéniciens, dit-on, avaient comparé aux aboiements d'un chien le bruit de ses flots tumultueux, et avaient élevé à l'embouchure du fleuve une statue symbolique de cet animal, dont on veut voir les restes dans quelques débris de colonne encore debout. — On ne saurait confondre le Chien avec la rivière sacrée d'Adonis (Lucien: De Syria dea, LXXII. 8), qui fit longtemps la réputation de Biblos, et qu'on doit plutôt voir dans le Nahr-Ibrahim. — Voici en quels termes Guillaume de Tyr mentionne ces lieux, sur la route parcourue par Baudouin, se rendant à Jérusalem: « Biblum pertransiens, ad fluvium pervenerat qui cognominatur Canis. Est autem in eodem loco transitus periculosissimus, inter montes excelsos, rupium asperitate et ascensu arduo nimis impervios, et fretosum mare, vix habens latitudinis cubitos duos, longitudinis autem stadia quatuor. » (Hist. Belli sacri, L. X, c. 5.)
7. N'y avait-il qu'un commandeur pour ces deux pays ?
Le seul exemple que nous ayons trouvé pour confirmer cette interprétation est celui de Gaufridus de Vicherio, qui portait le titre de visitator generalis domorum militie Templi in regnis Francie et Anglie. (1286. Cartulaire, de Notre-Dame, édition Guérard, III, p. 68. — 1288, 4 février Bréquigny, Table des diplômes, etc., 1769, etc. — 1290. Delaville le Roulx, les Archives de Malte, Bibliothèque des Écoles d'Athènes et de Rome, p. 206.)
8. Le sceau, que l'on coulait en plomb et en argent. (Cf. § 234.) trouve aussi le verbe boulier, qui signifie marquer, plomber une étoffe, etc. (Assises de Jérusalem. Bans et ordonnances des rois de Chypre, XV, éd. Beugnot, II, 365.) Ce sceau était gardé sous trois clefs, confiées au grand maître et à deux grands dignitaires. Il en était de même des sceaux des commanderies et prieurés de Ordre.
9. Le sceau et le trésor, les deux signes du commandement.
10. La valeur du besant variait de 5 à 10 sols, car il y en avait de différentes espèces. On peut admettre l'évaluation suivivante, que nous trouvons dans l'Inventaire du comte Eudes de Nevers, publié par M. Chazaud (Société des Antiquaires de France, XXXII, 1871): « II M. besanz qui valent M. L. tornois », soit, 6 sols et 8 deniers le besant, soit, d'après les tables dressées par M. de Wailly (Mim. Acad. inscr., XXI, p. 296), 5 francs 93.
11. Hors du conseil du chapitre, pour prendre la décision.
12. D. ajoute Venfermerie.
13. R. omet sont dehors et ces qui; P. l'ajoute en marge.
14. Cf. § 30. (Règle primitive.)
15. Le travail manuel. Cf. § 493, etc.
16. Le jeune du vendredi.
17. Combattre à la lance, en tournoi ou exercices chevaleresques.
18. Les cinq paragraphes précédents sont rangés suivant un ordre différent dans le manuscrit de Dijon.
19. R. et P. écrivent se li maistre a mestier des frères. Mais P. corrige et ne laisse que e li maistres. D. s'arrête à accordera.
20. Echapper, éviter la mort. D. qu'il ne puist trespasser.
21. Le jeudi saint, jour de la grande absolution et du lavement des pieds.

Sources: La Règle du Temple - (d'après le manuscrit de Provence) - Publiée pour la Société de l'Histoire de France par Henri de Curzon. Paris Renouard 15 avril 1886 - Approuvé par Jean Delaville Le Roulx.

L'Abraxas Panthée


Symbolique templière visitée 777147 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.