Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple

Les Grands-Maîtres depuis le premier Hugues de Payns au dernier Jacques de Molay

Robert de Sablé
Robert de Sablé Fin 1189 - 13 janvier 1193

Le continuateur de la chronique de Guillaume de Tyr fixe l'élection de Robert de Sablé au début de l'année 1190, devant la ville d'Acre. Cette mention est reprise par les auteurs de « l'Art de vérifier les dates ». Ils précisent que l'élection eut lieu à l'arrivée de Richard, roi d'Angleterre. Or, lorsque le souverain débarqua en Palestine, le Temple avait un Maître, ce qui permet de situer l'élection fin 1189.

On le trouve en 1192, le 10 février, en qualité de témoin de la donation faite par Guy de Lusignan à l'hôpital de Notre-Dame des Allemands à Acre.

Ami de Richard Coeur de Lion, il souscrivit, le 13 octobre 1192, à une charte en faveur des Pisans.
Il mourut le 13 janvier 1193, selon l'indication de l'obituaire de Reims.

 

Robert de Sablé - 1191-1193
Robert de Sablé, poète à ses heures, qui a été marié deux fois et a deux filles et un garçon avant que de devenir Templier est élu - manque de chevaliers de qualité ou choix d'un homme résolument « neuf » - Grand Maître peu de temps après son admission dans l'Ordre, en juin 1191.

Après la chute de Saint-Jean d'Acre (13 juillet 1191), il participe avec ses Templiers, qui forment l'avant-garde de l'armée de Richard Coeur de Lion (Philippe Auguste, prétextant une maladie, est reparti en France, d'où il va profiter de l'absence du roi d'Angleterre pour s'emparer de ses possessions), aux combats menés contre Saladin, notamment à la bataille d'Arsur, où Saladin perd 10 000 guerriers, contre 1000 chez les Francs.
Lesquels, une fois de plus, ne profitent pas de leur victoire et s'abstiennent de poursuivre le vaincu, qui peut ainsi rapidement refaire ses forces.

Le corps expéditionnaire hésite à marcher sur Jérusalem, s'épuise en embuscades et en razzias de caravanes. Les Templiers et les Hospitaliers perdent leurs soldats dans ces affrontements inutiles, les chefs des deux camps sont las de cette guerre qui n'en finit pas, et les dissensions continuent chez les croisés.

Une trêve de trois ans est signée entre Richard et Saladin. Le premier repart vers l'Europe, le second autorise l'entrée des pèlerins dans Jérusalem et se retire à Damas, où il meurt le 13 mars 1193.

Le Grand Maître Robert de Sablé, dont les deux ans de règne n'ont été qu'une suite de combats, est mort deux mois auparavant.

Gilbert erail >>>> Généalogie des Grand-Maîtres

 

Robert de Sablé par Mansuet
Ce Chevalier vint d'Angleterre avec les soldats de la Croix, en 1191, après avoir fait l'expédition de Portugal contre l'empereur de Maroc. Tout ce qu'on sait de lui, c'est qu'il fut nommé Grand-Maître en 1191.
Sources: Par feu Claude Mansuet Jeune. Chanoine Régulier de l'Ordre de Prémontré, Docteur en Théologie, Prieur de l'Abbaye d'Etival. Edité chez Guillot, Librairie de Monsieur, Frère du Roi, rue Saint-Jacques. Paris. M DCC. LXXXIX.

 

Robert de Sablé
L'an 1191, Robert, seigneur de Sablé, IIIe de son nom, fils aîné de Robert II de Sablé et d'Hersende. Fut élu Grand-Maître du Temple après l'arrivée du roi d'Angleterre en Palestine. Il avait commandé la flotte qui avait amené ce prince et s'était fait Templier à son arrivée devant Acre.

Les grands exploits par où il s'était distingué en Espagne, en Sicile, et ailleurs, lui tinrent lieu de probation. A peine eut il été admis qu'il se vit à la tête de l'Ordre. Sa conduite dans le magistère justifia ce choix.

Peu de temps après son élection, les Templiers sous la conduite du roi d'Angleterre, gagnent au mois de juillet une bataille contre Saladin dans la plaine d'Arsoph.

A la faveur de cette victoire, ils se trouvent en état de réparer les places maritimes, objet auquel, ils donnèrent tous leurs soins. Ce fut encore sur la fin de cette même année, que Richard roi d Angleterre, vendit ou engagea, pour la somme de vingt cinq mille marcs d'argent, aux Templiers, l'ile de Chypre, qu'il venait de conquérir en faisant route pour la Palestine, sur le tyran Isaac Comnème.
Le Grand-Maître y envoie cent de ses chevaliers, pour eu prendre possession, et la garder. Mais bientôt ces nouveaux Maîtres, furent avertis que les Grecs qui ne haïssaient pas moins les Latins, qu'ils avaient haï leur tyran, avaient formé une conjuration, dans toute l'étendue de l'île pour les massacrer.
Sur cet avis les Templiers s'enferment dans le château de Nicosie, capitale de l'ile. Les Grecs vinrent en grand nombre les y assiéger. Ces braves guerriers voyant qu'ils ne pouvaient tenir longtemps sans mourir de faim, résolurent de périr en gens de coeur.

L'an 1192, le jour de Pâques après avoir participé aux saints mystères ils font une sortie et tombent l'épée à la main sur les assiégeants. Ils ne cherchaient qu'une mort honorable ils trouvèrent une victoire qu'ils n'attendaient pas.

Cette multitude prit aussitôt la fuite lis en firent un carnage qui dura tout le jour et ne laissèrent dans Nicosie ni hommes ni femmes.

Leurs confrères de Palestine instruits de cette révolution déclarèrent au roi d'Angleterre qu'ils ne voulaient pas être les gardiens de cette île habitée par un peuple aussi perfide que lâche Richard en donna le domaine à Gui de Lusignan (Le Beau).

L'an 1194, en Espagne, les deux ordres militaires du Temple et de l'Hôpital sont battus par le miramolin d'Afrique.

L'an 1196, au plus tard Robert de Sablé finit ses jours. Avant d'entrer en religion il avait épousé: 1° Marguerite de Chaource ; 2° Clémence de Mayenne. De l'un de ces deux mariages sortirent Geoffroi de Cornillé, le dernier mâle de sa maison, et deux filles.
Geoffroi de Cornillé, dans une charte, atteste lui-même que son père avait été Grand-Maître des Templiers, ce qui lève le doute de du Gange, sur l'identité du Grand-Maître Robert, et de Robert seigneur de Sablé: « ego Gaufridus Dominus de Cornilleio filius Domini Roberti de Sabolio: qui scilicet Robertus magister templi Hierosolymis tunc temporis habebatur » (Menage, Histoire de Sablé, page 175).
Sources: L'Art de Vérifier les Dates des Faits Historiques. Tome Cinquième, Paris - 1818. Par David Bailie Warden, Saint-Allais (Nicolas Viton), Maur François Dantine, Charles Clémencet, Ursin Durand, François.

Gilbert Erail


Maitres du Temple visité 557168 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.