Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple   Grands-Maîtres du Temple

Les Grands-Maîtres depuis le premier Hugues de Payns au dernier Jacques de Molay

Renaud de Vichiers
Renaud de Vichiers 1250 - 19 janvier 1252

Avant d'être élu Maître du Temple, Renaud Vichier fut commandeur du Temple dans la ville d'Acre en 1240, puis Maître du Temple en France, où nous le trouvons dès le 19 août 1246.

Devenu maréchal de l'Ordre, il assista à la bataille de Mansourah. Il fut élu Maître de l'Ordre à la mort de Guillaume de Sonnac.

Selon Joinville, il fut choisi sous l'influence du roi de France. Ce dernier ayant été fait prisonnier, il refusa à Joinville la quote-part de l'Ordre du Temple pour payer la rançon, ce qui n'empêcha pas Saint Louis d'aimer le Maître pour sa loyauté et son courage. Il en fit d'ailleurs le parrain de son fils Jean-Tristan, en 1250.

Contrairement à ce que dit le continuateur de la Chronique de Guillaume de Tyr, Renaud de Vichier n'est pas mort en 1257, puisqu'en octobre 1252, il était déjà remplacé. Il mourut, en effet, le 19 janvier de cette année, à en croire l'obituaire de Reims.

 

Renaud de Vichiers - 1250-1252
La rançon de Louis IX est élevée. Templiers et Hospitaliers sont mis à contribution. Le Conseil de l'Ordre du Temple, après la mort de Guillaume de Sonnac, a désigné Etienne d'Otricourt comme Commandeur pour assurer l'intérim. C'est ce dernier qui doit remettre au sire de Joinville, chroniqueur célèbre du temps de saint Louis et compagnon d'armes du roi, l'argent pour la rançon, caché dans la cale de la galère amiral de l'Ordre.

Là se situe un épisode que les ennemis des Templiers transformeront en témoignage à charge pour dénoncer l'avarice de l'Ordre. Lorsque le sire de Joinville demande l'argent, le Commandeur lui rappelle que la Règle du Temple interdit de faire des prêts sans garantie, mais qu'en cas de force majeure, le Grand Maître peut céder devant la force.

Le sire de Joinville s'empare donc d'une hache, et s'apprête à briser les serrures du coffre désigné par Etienne d'Otricourt. Aucun des deux n'est dupe; le Temple est d'accord pour remettre l'argent (le rachat des prisonniers est l'une de ses missions), à condition que Joinville fasse mine de s'en emparer par violence.

Le Maréchal de l'Ordre, Renaud de Vichiers, ancien Précepteur de France, d'origine champenoise, est présent. Plutôt que de laisser éventrer le coffre, il en tend les clefs à Joinville, prétextant que l'Ordre possède, à Saint-Jean d'Acre, un dépôt royal qui servira de garantie. L'honneur des banquiers du Temple est sauf !

Louis IX, qui connaît et estime ce Templier (il en fera le parrain de son fils Tristan, né en Palestine pendant la croisade) soutient sa candidature à la Grande Maîtrise. Renaud de Vichiers devient grand Maître du Temple après la libération de Louis IX et son installation à Saint-Jean d'Acre.

Le grand Maître a suffisamment d'influence sur le roi de France pour le persuader, malgré les lettres de Blanche de Castille qui le supplient de revenir en son royaume, de rester en Palestine. Louis IX, qui a auprès de lui sa femme Marguerite de Provence et une partie de sa famille (et qui, sans l'avouer officiellement, se satisfait dans cet exil volontaire qui l'éloigne de sa tyrannique mère) fait oeuvre utile en rétablissant les fortifications de Césarée, Jaffa Sidon et autres places démantelées.

Mais Louis IX et le Grand Maître se brouillent quand le premier apprend que le second a négocié une trêve avec le sultan de Damas sans l'avertir; le roi de France se prend désormais pour le roi de la Terre Sainte.
Il convoque le Grand Maître, l'oblige à s'agenouiller devant lui, comme un vassal, et lui impose une forte amende.
Cette humiliation publique révolte les dignitaires de l'Ordre, qui exigent et obtiennent de Renaud de Vichiers sa démission, en 1252. Le Grand Maître déchu meurt cinq ans plus tard, en 1257. Durant sa courte maîtrise, Renaud de Vichiers a pu récupérer tous les biens que l'empereur Frédéric II avait pris aux Templiers.

Louis IX, apprenant la mort de Blanche de Castille, a regagné la France en 1254. Tristan, le royal filleul du Grand Maître né pendant la septième croisade, va mourir de dysenterie, en 1270, dans les bras de son père, au cours de la huitième croisade, toute aussi lamentable, sous les remparts de Tunis. Comme Louis IX, peu après.
« Louis IX et Marguerite de Provence. Elle reste auprès de lui pendant tout son séjour en Palestine. Elle met au monde leur fils Tristan au Château, Pèlerin. C'est elle qui rassemble la rançon pour faire libérer son époux et qui demande à Joinville de mettre le Temple à contribution. »

Thomas Bérard >>>> Généalogie des Grands-Maîtres

 

Renault de Vichiers ou Vichy par Mansuet
Grand-Maître de France, puis Maréchal du Temple, Renauld de Vichy parvint en 1250 à la dignité magistrale.

Les rancunes épiscopales se manifestaient en tous pays contre l'Ordre, par des vexations sur lesquelles le Pape ouvrit les yeux. La bulle de 1255 interdit formellement ces injustices aux évêques [Rymer]. Ils avaient souvent empêché les Frères de mettre en oeuvre leurs privilèges concernant les aumônes et d'autres articles. Alexandre IV les réprimanda dans une bulle nouvelle qui confirmait toutes les dispositions que la Cour de Rome avait prises pour le Temple dès l'origine [Rymer, p. 577].

Renauld de Vichy mourut en 1256. Le nom de son successeur paraît s'être perdu, car ce n'est qu'en 1264 que la chronique parle d'un nouveau Grand-Maître.

Pendant l'interrègne, si l'on peut nommer ainsi cette lacune historique, Witekind était Grand-Maître au Brandebourg. Les Chevaliers du pays reçurent (1259) de Boleslaus, duc de Pologne, un riche présent: le pays de Custrin. Ils échangèrent encore un grand territoire contre un district des margraves de Brandebourg (1262).

En 1259, l'animosité fut si grande entre les Frères du Temple et ceux de l'Hôpital qu'ils se livrèrent un combat où les premiers eurent fort le dessous [Du Puy, p. 535].
Sources: Par feu Claude Mansuet Jeune. Chanoine Régulier de l'Ordre de Prémontré, Docteur en Théologie, Prieur de l'Abbaye d'Etival. Edité chez Guillot, Librairie de Monsieur, Frère du Roi, rue Saint-Jacques. Paris. M DCC. LXXXIX.

 

Renaud de Vichiers
L'an 1250, Renaud de Vichiers, grand maréchal de l'ordre et auparavant précepteur de France, champenois de naissance, fut élu après le retour des chevaliers en Palestine, pour succéder au grand maître Sonnac. Ce fut lui qui par ses remontrances, engagea Saint Louis à prolonger son séjour en Syrie. Peu de temps après son élection, il apprit la nouvelle de la mort de l empereur Frédéric II, et du testament par lequel il ordonnait la restitution des biens qu'il avait enlevés aux Templiers.

Renaud de Vichiers mourut en 1256 suivant Bernard le trésorier (Martenne, Amp. Coll. T. V. col. 736).
Sources: L'Art de Vérifier les Dates des Faits Historiques. Tome Cinquième, Paris - 1818. Par David Bailie Warden, Saint-Allais (Nicolas Viton), Maur François Dantine, Charles Clémencet, Ursin Durand, François.

Thomas Bérard


Maitres du Temple visité 554114 fois

Licence Creative Commons
Les Templiers et Les Croisades de Jack Bocar est mis à disposition selon les termes de la licence Creative Commons Attribution - Pas de Modification 4.0 International.
Fondé(e) sur une oeuvre à http://www.templiers.net/.
Les autorisations au-delà du champ de cette licence peuvent être obtenues à http://www.templiers.net/.